Arrestation de la propriétaire de la galerie Seomi à Séoul

Par Nathalie Eggs · lejournaldesarts.fr

Le 25 septembre 2014 - 420 mots

SEOUL (COREE) [25.09.14] – Hong Song-won est présumée être impliquée dans la vente d’œuvres importantes, dont la justice avait ordonné la saisie dans le cadre d’une affaire de détournement de fonds et d’évasion fiscale. Ce n’est pas la première fois que cette galeriste est impliquée dans des affaires jugées sensibles.

Hong Song-won, propriétaire de la galerie Seomi à Séoul a été arrêtée la semaine dernière dans une affaire découlant des malversations du président du groupe financier Tongyang, Hyun Jae-hyun. Ce dernier a été inculpé en janvier dernier pour avoir orchestré un système frauduleux de délivrance d’obligations et de billets de trésorerie de la compagnie. Il est également accusé d’avoir détourné des fonds de la compagnie à des fins personnelles. La Cour a ordonné en avril dernier la confiscation de 330 œuvres appartenant à Hyun Jae-hyun et à sa femme Lee Hae-kyung.

La galerie coréenne Seomi aurait vendu une dizaine d’œuvres (parmi lesquelles des œuvres de Nam June Paik et de Claes Oldenburg) entre décembre 2013 et mars 2014. Lee Kyung-hae lui en aurait confié la propriété pour échapper à la décision de justice, rapporte le Korea Times. Hong Song-won est accusée d’avoir perçu un montant de 1,5 million de won (1,1 million d’euros) grâce à ces ventes. Les noms des acheteurs n’ont pas été divulgués.

Une marchande d’art controversée
Hong Song-won a été soupçonnée à plusieurs reprises de falsifier des documents contractuels afin de gonfler le prix des œuvres d’art et de collaborer avec de riches conglomérats dans des affaires de blanchiment d’argent et d’évasion fiscale.

Elle a pour la première fois fait parler d’elle en 2008, lorsque Hong Ra-Hee, la directrice du Leeum Samsung Museum of Art (également épouse du président du groupe Samsung, Lee Kun-hee) avait acquis des œuvres à la galerie Seomi, dont la toile Happy Tears (1967) de Roy Lichtenstein, à partir de fonds douteux.

Trois ans plus tard, Hong Song-won avait poursuivi en justice la Fondation Samsung pour la culture qui lui avait acheté quatorze œuvres, entre août 2009 et février 2010. Elle avait accusé la fondation de n’avoir payé que 23 millions de dollars sur une facture de 75 millions de dollars, avant de se rétracter quelques temps après en expliquant que le « malentendu avait été réglé ».

En octobre 2011, Mme Song-won avait été condamnée à deux ans et demi de prison avec sursis pour avoir aidé le président du Groupe Orion à cacher des fonds illégaux à travers l’achat d’œuvres. Elle a également été impliquée dans deux affaires supplémentaires de blanchiment d’argent.

Légende photo

La galerie Seomi, Séoul - source photo www.galleryseomi.com

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque