Mercredi 13 novembre 2019

Après 10 ans de bataille juridique, un tableau de Jules Breton volé en 1918 revient en France

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 13 octobre 2011 - 380 mots

WASHINGTON (ETATS-UNIS) [13.10.11] - Le 13 octobre 2011, lors d’une cérémonie officielle à l’ambassade de France de Washington, un tableau de Jules Breton, volé durant la Première Guerre mondiale au musée de Douai, a été restitué à son propriétaire par les Etats-Unis. Cet évènement signe la fin d’une bataille juridique longue de 10 ans qui a opposé les conservateurs du musée avec les galeries européennes et américaines entre les mains desquelles le tableau est passé.

L’administration américaine des douanes et de l’immigration a remis à la France, le 13 octobre 2011, « Une fille de pêcheur », de Jules Breton, un tableau estimé à 140 000 euros, volé, il y a un siècle, au musée de la Chartreuse de Douai. La cérémonie a eu lieu à l’ambassade de Washington en présence d’Anne Labourdette, conservatrice du musée. Au terme d’une longue négociation, la galerie Daphne Alazraki Fine Art de New York, dernier propriétaire de l’œuvre, a décidé de rendre le tableau à son détenteur originel sans condition ni contrepartie financière. Le tableau réintégrera les cimaises du musée douaisien le 21 octobre 2011 et son histoire fera l’objet d’une exposition en 2014.

Commandé par la ville de Douai à Jules Breton, peintre naturaliste, en 1875, « Une fille de pêcheur » a été dérobé par un soldat allemand à la fin de la Première Guerre mondiale. L’huile sur toile n’est réapparue que le 6 mars 2000 lorsque la galerie Koller à Zürich a décidé de la mettre en vente. A cette époque, Sotheby’s avait immédiatement prévenu le musée de la Chartreuse et refusé d’organiser la mise aux enchères. Une longue bataille juridique a alors commencé. Malgré deux dépôts de plaintes, déposées par le musée pour recel d’œuvres d’art, le tableau a continué de circuler entre les mains de galeristes américains et européens pendant 10 ans. En 2010, Interpol Washington et Corinne Hershkovitch, avocate française spécialisée dans la restitution d’œuvre d’art, se sont saisis de l’affaire et ont réussi à débloquer la situation.

180 tableaux, volés par l’armée allemande au même moment que celui de Jules Breton, sont toujours introuvables. A la suite de cette première restitution, la ville de Douai a décidé de les inscrire sur les bases d’Interpol et de l’OBC (Office central de lutte contre le trafic des biens culturels).

Légende photo

Jules Breton (1827 – 1906) - source Wikimedia

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque