Aile ouest du Palais de Tokyo : le projet Kaeppelin l’emporte sur le projet Seban

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 22 mai 2009

PARIS [22-05-09] – La Ministre a finalement arbitré entre les deux projets pour l’aménagement de l’aile ouest du Palais de Tokyo. Ce sera une structure autonome (SAS), réunissant les deux niveaux et dirigée par Olivier Kaeppelin.

Revenant sur ses engagements de confier au Centre Pompidou l’animation du premier niveau de l’aile Ouest du Palais de Tokyo, la Ministre a décidé de créer une nouvelle structure autonome, réunissant l’actuel Site de création contemporaine (appelée en raccourci Palais de Tokyo) et les niveaux du dessous actuellement en friche.

Cette structure prendra la forme d’une société commerciale, une SAS, à l’instar de la salle Pleyel ou de l’agence France-Muséums. Cette forme juridique en dit long sur le futur financement de cette nouvelle institution dédiée à l’art contemporain, qui devra donc faire un très large appel au privé.

Alors que le Site de création contemporaine continuera à présenter la création émergente française et internationale, les niveaux inférieurs seront dédiés aux artistes confirmés de la scène française. L’ensemble sera dirigé par l’actuel Délégué aux Arts Plastiques et auteur du projet concurrent à celui du Centre Pompidou, Olivier Kaeppelin. Marc-Olivier Wahler, actuel directeur du Site de création contemporaine se voit donc coiffé par une nouvelle tutelle.

Le Centre Pompidou défendait un projet différent qui ne s’intéressait qu’au niveau inférieur, sous forme d’un organisme associé comme l’est la BPI ou l’IRCAM. Il y a encore peu de temps, la Ministre lui était plutôt favorable.

Il semble que Marin Karmitz ait eu un rôle déterminant dans le choix. Directeur du tout nouveau Conseil pour la création artistique voulu par Nicolas Sarkozy, il a su convaincre le Président de la nécessité d’un lieu autonome, comme Nicolas Sarkozy l’avait annoncé lors de son récent discours à la cité de l’architecture.

Les nouveaux espaces devraient ouvrir en 2012. Après l’arbitrage politique, vient le temps des recherches de financement pour les travaux et frais de fonctionnement de ce nouvel ensemble. Ce n’est pas gagné, dans le contexte actuel.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque