Une nuit au Louvre

Par Christine Coste · Le Journal des Arts

Le 24 novembre 2021 - 161 mots

Essai. Jakuta Alikavazovic a passé la nuit du 7 au 8 mars 2020 dans la salle des Cariatides du Louvre.
De cette nuit, passée seule au milieu des sculptures, émerge la figure du père qui quitta, en 1971, la Yougoslavie pour s’installer à Paris. « Le Louvre est la première ville française où je me suis senti chez moi, disait mon père », et la fille de raconter ce père adoré et leurs relations dans une émouvante autobiographie, récompensée du prix Médicis Essai 2021. « Je suis venue ici cette nuit pour redevenir la fille de mon père », écrit-elle, mais aussi donner à sa manière une réponse à la question posée par son père à chacune de leur visite : « Et toi, comment t’y prendrais-tu, pour voler “La Joconde” ? » Car derrière ce jeu, « qui, au fond, n’en était pas un », s’exprime « sa façon de dire le prix à payer pour la vie qu’il s’était choisie, et qui, toujours, lui aura semblé une transgression ».
Jakuta Alikavazovic, Comme un ciel en nous, Stock,
Collection Ma nuit au musée, 2021, 154 pages, 18 €.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°578 du 26 novembre 2021, avec le titre suivant : Une nuit au Louvre

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque