Mercredi 21 octobre 2020

Un incident diplomatique en filigrane

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 26 octobre 2001 - 165 mots

Le 20 septembre dernier, un autel du XVIIIe siècle provenant de l’église de São Bento à Olinda, au Brésil, et destiné à l’exposition « Brésil : corps et âme » (jusqu’au 27 janvier) au Musée Guggenheim de New York, n’a pu être embarqué à bord de l’avion qui lui était réservé.

En effet, à la suite d’une décision de justice, la cour a jugé préférable, après les événements terroristes, d’en interdire la sortie du territoire. Les interventions du président brésilien et du ministre de la Culture, souhaitant manifester leur solidarité vis-à-vis de New York, ont permis l’annulation du jugement et le transport de la pièce. Pour cette œuvre en bois doré haute de 15 mètres, le Guggenheim avait prévu un socle spécialement conçu et pris en compte les variations de température en organisant une structure « digne de la Nasa ». D’abord « choquées » par la décision de justice, les équipes se sont déclarées « ravies » par l’arrivée à bon port de l’autel.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°135 du 26 octobre 2001, avec le titre suivant : Un incident diplomatique en filigrane

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque