Photographie

Un don à la nation Britannique

Martin Parr est en contact avec la Tate Modern et le Victoria & Albert Museum pour céder sa collection personnelle

Le Journal des Arts

Le 15 septembre 2009 - 578 mots

LONDRES - Martin Parr est actuellement en pourparlers pour faire don de son immense collection de photographies anciennes et contemporaines à la Grande-Bretagne. Photographe de l’agence Magnum réputé pour son regard sardonique sur la société moderne, il est également collectionneur.

Pendant  vingt  ans,  il  a  assemblé  un  vaste  catalogue  de  700    clichés  documentaires  et  maquettes  d’albums,  regroupant  le  travail  de  18    photographes  et  couvrant  les  cinquante  dernières  années.  « J’ai  commencé  à  collectionner  ces  pièces,  car  personne  ne  le  faisait  aussi  sérieusement  qu’il  le  fallait  à  mon  sens,  explique  Parr.  En  Grande-Bretagne,  on  marginalise  la  photographie,  alors  qu’en  Europe  continentale,  son  statut  est  bien  plus  élevé.»

Clichés des années 1980
Une  sélection  de  ses  photographies  documentaires  et  de  ses  albums  est  actuellement  visible  au  Jeu  de  paume  à  Paris  (jusqu’au  27    septembre),  dans  le  cadre  d’une  exposition  qui  emprunte  également  à  ses  collections  de  cartes  postales  et  autres  objets  divers.  On  y  retrouve  les  œuvres  en  noir  et  blanc,  dépeignant  les  loisirs  des  Britanniques  dans  les  années  1960,  par  Tony  Ray-Jones  (l’une  des  premières  influences  de  Parr),  et  les  images  des  camps  de  vacances  Butlins,  prises  par  John  Hinde  entre  1968  et  1972.  Le  travail  de  Peter  Mitchell  vient,  pour  sa  part,  illustrer  l’apparition  de  la  couleur.  La  collection  est  particulièrement  riche  en  clichés  des  années  1980  avec  des  artistes  comme  Paul  Graham,  Chris  Killip  et  Graham  Smith  qui  ont  chroniqué  les  paysages  industriels  et  les  villes  tombées  dans  la  pauvreté  de  l’Angleterre  de  Margaret  Thatcher.  « Le  MoMA  [Museum  of  Modern  Art],  à  New    York,  a  présenté  une  exposition  de  photographies  britanniques  des  années  Thatcher  en  1991  mais,  en  Grande-Bretagne,  ce  travail  est  dédaigné »,  regrette  Martin  Parr,  précisant  que  la  manifestation  a  été  montée  par  la  Haus  der  Kunst  de  Munich.  « L’exposition  a  un  retentissement  extraordinaire  à  Paris »,  poursuit  le  photographe.  D’après  le  musée  parisien,  56 000    visiteurs  se  sont  pressés  dans  les  salles  au  cours  des  sept  premières  semaines.  « En  Grande-Bretagne,  nous  avions  amorcé  des  pourparlers  avec  un  musée  londonien,  mais  les conservateurs  n’en  ont  pas  voulu,  déplore  Martin  Parr.  La  plupart  des  photographes  de  ma  collection  ne  sont  pas  représentés  par  des  marchands,  et  personne  ne  les  connaît  dans  le  monde  de  l’art.»
Pour  rééquilibrer  la  balance,  il  souhaite  voir  sa  collection  accueillie  par  un  musée  national.  « J’ai  rencontré  [le  directeur  de  la  Tate]  Sir  Nicholas  Serota  à  deux  reprises,  de  même  que  j’ai  été  en  contact  avec  le  Victoria & Albert  Museum.  Mais  il  est  trop  tôt  pour  dire  où  la  collection  ira.  Qu’elle  soit  déposée  en  prêt  ou  vendue  reste  encore  à  définir,  mais  je  n’ai  pas  l’intention  d’en  tirer  profit.»  Si  la  Tate  achète  des  photographies  de  manière  sporadique  et  le  Victoria & Albert  Museum  finance  des  acquisitions  en  partie  grâce  aux  droits  de  reproduction  des  archives  des  portraits  royaux  de  Cecil Beaton (qui  s’élèvent  entre  5 000  et  8    000    livres  sterling  par  an,  soit  entre 6 000 et 9 000 euros),  aucun  musée  national  britannique  ne  représente  in  extenso  les  photographes  de  la  collection  de  Parr.  À  l’exception  du  National  Media  Museum  à  Bradford  (Yorkshire)  qui  possède  un  fonds  important,  où  figurent  les  archives  de  Tony  Ray-Jones.  Or, Martin  Parr  estime  que  sa  collection est unique : « C’est  la  collection  d’un  photographe,  pas  celle  d’un  conservateur.  Elle  inclut  des  œuvres  qui  ont  eu  de  l’influence  sur  moi  comme  sur  d’autres  photographes.»  La  Tate et le Victoria & Albert Museum  n’ont  pas  souhaité  faire  de  commentaires.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°309 du 18 septembre 2009, avec le titre suivant : Un don à la nation Britannique

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque