Dimanche 20 septembre 2020

Un artiste en périphérie

Par Anne-Cécile Sanchez · Le Journal des Arts

Le 16 septembre 2020 - 150 mots

Roman. Une résidence de trois mois au centre d’art de Malakoff offre à l’auteur, dont c’est le premier roman, le cadre d’une narration mélancolique et drôle.
Diplômé de l’école du Fresnoy, Gregory Buchert s’est d’abord illustré dans un travail de vidéaste et de performeur, nourri de références littéraires. Dans Malakoff, la forme du récit fait écho à son angoisse de la page blanche au moment de trouver l’inspiration pour son projet de résidence. Digressions à propos des improbables origines russes de cette ville de la banlieue parisienne ; enquête de groupie sur le peintre Sam Szafran en figure tutélaire ; considérations autobiographiques et préparatifs en temps réel de sa lecture finale, prétexte à une mise en abyme aussi désabusée que réjouissante… On suit le narrateur dans une dérive lente qui dit, en creux, la difficulté à être un artiste, sujet peu traité et abordé ici de façon juste et attachante.
Gregory Buchert, Malakoff,
éd. Verticales, 320 p., 22 €, numérique 16 €.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°551 du 18 septembre 2020, avec le titre suivant : Un artiste en périphérie

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque