Samedi 17 novembre 2018

Trois questions à Francine Mariani-Ducray, directrice des Musées de France

Par Roxana Azimi · Le Journal des Arts

Le 7 mars 2003 - 667 mots

Quelles sont les différences entre les surveillants des musées nationaux et ceux des établissements territoriaux ?
Les statuts qui régissent les agents techniques d’accueil, de surveillance et de magasinage chargés de la surveillance sont, pour les personnels des musées nationaux, ceux de la fonction publique d’État : “agent d’accueil, de surveillance et de magasinage” et “adjoints techniques d’accueil, de surveillance et de magasinage” de catégorie C. Pour les personnels des musées territoriaux, le cadre d’emploi est celui de la fonction publique territoriale : “agents territoriaux du patrimoine”, “agents territoriaux qualifiés du patrimoine”, corps qui relèvent de la filière culturelle. Les missions décrites dans les statuts sont relativement identiques à celles des agents de l’État. La pratique en revanche est assez différente. Dans les musées territoriaux, les personnels de catégorie C des corps techniques des villes ne sont pas tous recrutés en tant qu’agents du patrimoine, contrairement aux agents des musées nationaux. Les directeurs des musées des villes ou des départements travaillent par conséquent avec des personnels dont le passé professionnel ne les a pas forcément préparés à exercer ces fonctions.
Les fonctions exercées diffèrent surtout par la dimension des établissements, et les agents auront donc plus fréquemment des tâches polyvalentes dans les musées territoriaux que dans les musées nationaux.

En dehors des vols et des actes de vandalisme, quels sont les principaux sinistres ?
Les risques de sinistres encourus par les musées sont les mêmes que dans tous les établissements recevant du public. Les sinistres comme l’incendie, l’inondation par cours d’eau ou par rupture de canalisation, l’occurrence de tempêtes imprévisibles, l’effondrement de toiture, l’affaissement dû à des mouvements de terrain sont des risques majeurs. En 2002, quelques incidents se sont déroulés dans les musées, mais les mesures de prévention et les différents systèmes ont permis d’éviter leur développement. Seuls quelques établissements du sud de la France ont eu à déplorer des dégâts matériels. Évidemment, l’incendie dont a été victime le château de Lunéville les 2 et 3 janvier derniers constitue un sinistre majeur dû à la vétusté des installations de ce monument historique. Dans ce domaine de la sécurité, je voudrais souligner le rôle important joué par notre mission sécurité à travers l’apport de conseils permanents d’un officier de sapeurs-pompiers et d’un fonctionnaire du ministère de l’Intérieur à la direction des Musées de France comme à la direction de l’Architecture et du Patrimoine, la mise en place de détachements permanents de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris dans de grands musées nationaux (Louvre, Orsay, Centre Pompidou). Cet apport est très bénéfique au niveau de la prévention incendie, mais aussi pour la mise en place de plans de prévention des risques majeurs dans les établissements. Le terrorisme est un problème auquel sont particulièrement attentifs les musées. Indépendamment des mesures prescrites par le plan Vigipirate, il est demandé entre autres un filtrage du public, le dépôt des sacs et des vêtements amples dans un vestiaire, l’ouverture des sacs par leur propriétaire afin de permettre à l’agent d’exercer un contrôle visuel.

Quelle place occupe la France quant au bon respect des règles de surveillance de l’Icom [Conseil international des musées] ?
Il n’y a pas de règles au sens juridique mais plutôt des principes préconisés. Ceux-ci, compte tenu de la forte adhésion des professionnels français aux comités de l’Icom, sont très largement appliqués dans les établissements de notre territoire. Dans le domaine de la sécurité incendie, de par notre tradition et notre réglementation, l’une des plus strictes d’Europe et même du monde, les orientations françaises sont souvent prises en exemple par les autres pays, et notre système sert régulièrement de trame aux musées étrangers. Au sein de l’Icom, l’ICMS (Comité international pour la sécurité des musées) est le groupe de travail qui permet de comparer les différentes orientations et les techniques mises en œuvre dans les pays faisant partie du conseil. La direction des Musées de France y est représentée de façon continue, mais elle collabore aussi à d’autres organismes internationaux traitant de prévention (Le Bouclier Bleu, commission du Conseil de l’Europe...).

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°166 du 7 mars 2003, avec le titre suivant : Trois questions à Francine Mariani-Ducray, directrice des Musées de France

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque