Travail de mémoire

Par Itzhak Goldberg · Le Journal des Arts

Le 24 novembre 2021 - 128 mots

Histoire de l’art. Il est rare qu’un livre sur l’histoire de l’art soit bouleversant.
C’est le cas de Nos artistes martyrs, l’ouvrage de l’écrivain et journaliste Hersh Fenster (1892-1964) qui réunit les biographies de quatre-vingt-quatre artistes juifs morts ou déportés pendant la Seconde Guerre mondiale. Publié en 1951 en yiddish, il vient d’être traduit en français par Nadia Déhan-Rotschild et Évelyne Grumberg. L’auteur a réalisé un travail titanesque en récoltant patiemment des témoignages et des photographies de ces créateurs que l’on peut rassembler sous l’étiquette vague de l’école de Paris. Si l’introduction est faite par Marc Chagall, si l’on trouve parmi ces créateurs Chaïm Soutine ou Otto Freundlich, c’est surtout une rare opportunité de découvrir, à l’aide de cent soixante-dix illustrations, d’autres créateurs partiellement oubliés, souvent disparus tragiquement.
Hersh Fenster, Nos artistes martyrs,
co-édition Musée d’art et d’histoire du judaïsme-Hazan, sous la direction de Juliette Braillon, 2021, 312 pages, 39 €.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°578 du 26 novembre 2021, avec le titre suivant : Travail de mémoire

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque