Mercredi 17 octobre 2018

Roman Opalka, Miroslaw Balka,des monographies méritées

Le Journal des Arts

Le 16 avril 2004 - 233 mots

Projet de vie, 1965/1-. Sous ce titre, Roman Opalka a transformé ses années passées et à venir en programme artistique. Depuis 1961, l’artiste peint chaque jour sur des toiles au fond de plus en plus blanc des séries de nombres croissants. Depuis 1972, il a adjoint à l’exercice l’enregistrement de sa voix énumérant les nombres et un portrait photographique quotidien. C’est ce dernier aspect qui est au centre de l’exposition consacrée par le Centre de création contemporaine de Tours à l’artiste né en 1931. D’une génération postérieure (il est né en 1958), Miroslaw Balka est l’autre figure de l’art polonais à bénéficier d’une exposition monographique, à Strasbourg cette fois. Celui-ci a également placé le corps au centre de son travail, mais de manière différente. Il le reproduit sous forme de moulage ou l’évoque par l’usage de matériaux intimes (cheveux, savon ou cendre). Marquée par une éducation catholique et la situation traumatique de la Pologne au lendemain de la guerre, l’œuvre de Balka emprunte parfois les atours du minimalisme pour renvoyer à des sentiments ambigus.

- ROMAN OPALKA : PHOTOGRAPHIES, du 26 juin au 26 septembre, Centre de création contemporaine, 55, rue Marcel-Tribut, 37000 Tours, tél. 02 47 66 50 00, du mercredi au dimanche 14h-18h. - MIROSLAW BALKA, du 17 décembre 2004 au 13 mars 2005, Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg, 1, place Hans-Jean-Arp, 67000 Strasbourg, mardi-samedi 11h-19h, jeudi 12h-22h, dimanche 10h-18h.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°191 du 16 avril 2004, avec le titre suivant : Roman Opalka, Miroslaw Balka,des monographies méritées

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque