Dimanche 15 septembre 2019

Rencontres d’Arles - Nomination sous tension

Qui dirigera les Rencontres d’Arles ?

Si le poste de directeur du festival de photo fait l’objet d’un appel d’offres, manquent les éléments essentiels à la rédaction d’un projet

Par Christine Coste · Le Journal des Arts

Le 11 mars 2014 - 919 mots

Pour la première fois de son existence, le festival de photographie arlésien a lancé un appel à candidature pour trouver un remplaçant à François Hébel, démissionnaire de son poste de directeur. Souhaitée, dans un souci de transparence, par le président des Rencontres, la procédure n’est pas sans susciter quelques interrogations quant à son équité.

ARLES - Qui sera le prochain directeur ou prochaine directrice des Rencontres d’Arles ? La question taraude le petit monde de la photo tant l’enjeu pour le festival est important après la décision de François Hébel de quitter ses fonctions après treize années passées à sa direction. Celui-ci a jeté l’éponge après n’avoir pu empêcher le rachat par la Fondation Luma de Maja Hoffmann du terrain du Parc des Ateliers, territoire d’élection de la moitié environ des expositions des Rencontres.

Ce n’est pas la première fois que le changement de direction marque une étape importante dans l’histoire de ce festival qui fête cette année sa 45e édition, ni qu’il ouvre à une interrogation sur son avenir. Mais c’est la première fois que le recrutement de son prochain responsable, habituellement choisi selon les statuts de l’association des Rencontres par son président, après discussion avec les membres du bureau, fait l’objet d’une procédure de recrutement. Il est vrai que les prises de position de François Hébel et de Jean-Noël Jeanneney, le président des Rencontres et auteur dans Le Monde daté 20 novembre 2013 de la tribune intitulée « Les Rencontres d’Arles injustement fragilisées », ont provoqué des remous. Le bureau du festival et son conseil d’administration sont profondément divisés sur la question, de même que le ministère de la Culture et les collectivités territoriales (Ville d’Arles, Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et Département des Bouches-du-Rhône, contributeurs à eux quatre pour près de 40 % de son budget de 6 millions d’euros en 2013).

Aussi est-ce dans « un souci de transparence », comme le précise Jean-Noël Jeanneney, que ce dernier a établi une procédure après la clôture des dépôts de candidature le 22 février et « l’envoi le 28 février des dossiers de candidature à l’ensemble des membres du CA », soit une vingtaine de dossiers. L’ensemble des membres ont été invités à indiquer les cinq candidatures qu’ils souhaitent « voir retenues », Jean-Noël Jeanneney se réservant « la possibilité de retenir un ou plusieurs candidats supplémentaires ».

La petite poignée de candidats qui sortira de cette sélection préalable sera ensuite auditionnée par le président des Rencontres, qui s’est entouré de quatre représentants des tutelles publiques et de quatre autres « personnalités qualifiées ». Le nom du futur directeur ou directrice devrait être annoncé autour du 15 avril, à l’issue du prochain conseil d’administration du festival. Relativement à ces représentants et personnalités, « il ne s’agit pas d’un comité, mais d’un accompagnement du président, par une conversation informelle, pour ce recrutement », souligne Jean-Noël Jeanneney. Quant à la question de la légitimité d’un président sortant à nommer le prochain responsable des Rencontres, « le choix se fera d’un commun accord avec le ministère », précise-t-on Rue de Valois. D’autant que Jean-Noël Jeanneney a soutenu et porté le projet de développement du festival proposé par François Hébel, jusqu’à lever une fronde au sein même du bureau et des membres de son CA, signataires pour une partie d’entre eux de la diatribe contre la Fondation Luma et le positionnement des collectivités publiques.

Ni budget ni étude des publics
Si les dissensions entre ses membres se sont depuis évanouies, assure-t-on au bureau du festival, on ne peut manquer de s’interroger sur la réelle transparence et équité dans laquelle le choix sera effectué entre Julien Frydman, François Cheval, Sam Stourdzé, Anne de Mondenard, Christine Ollier, Jean-Luc Marty et les binômes Béatrice Andrieux/Chantal Pontbriand, Fannie Escoulen/Florence Maille, Jean-François Chougnet/Bernard Latarjet, pour ne citer que ceux dont les dossiers ont d’ores et déjà été retenus. Car ces derniers mois, et derniers jours, ont mis, remis au grand jour des détestations et des rancœurs de la direction envers certains candidats, l’appel à candidature lui-même, diffusé le 21 janvier, interroge. Comment définir une direction et réfléchir à l’équilibre financier d’une structure quand ne sont communiqués ni son budget ni une étude des publics précise et détaillée ? Comment parler de transparence quand certaines informations ont été fournies à certains candidats seulement ? Ces données auraient éclairé la situation actuelle du festival et permis des propositions, des positionnement précis sur ses fonctions et son devenir, notamment autour de trois problématiques.

Tout d’abord, si les Rencontres d’Arles sont devenues le festival de référence pour la photographie, le contenu de sa programmation est conditionné par le montant de ses financements et les partenariats signés. Comment une meilleure sécurité financière peut-elle donc être garantie ? Par ailleurs, à la différence des autres festivals photo, les Rencontres sont payantes, ses recettes de billetterie assurent 40 % de son budget. Pourraient-elles se permettre d’être gratuites ?
Enfin, si l’on se penche sur la composition des visiteurs, on constate que les Arlésiens, dans leur grande majorité, ne fréquentent pas le festival. Comment la manifestation peut-elle dont se réconcilier avec ce public ?

À ces questions s’ajouteront celles relatives à la voilure des expositions (la quantité ne faisant pas la qualité, comme l’ont montrées les éditions antérieures), mais aussi aux liens que les Rencontres pourraient développer avec l’École nationale supérieure de la photographie, la Fondation Luma et les autres partenaires culturels locaux. Quant au profil du président qui épaulera le nouveau directeur ou directrice du festival, la question est également au centre du devenir des Rencontres.

Légende photo

Eglise Saint-Trophime (à gauche) et le Palais de l'Archevêché (à droite), Arles - Lieux d'expositions des Recontres d'Arles - © Photo Wolfgang Staudt - 2008 - Licence CC BY 2.0 

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°409 du 14 mars 2014, avec le titre suivant : Qui dirigera les Rencontres d’Arles ?

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque