Dimanche 22 septembre 2019

Portrait de Chana Orloff en survivante

Par Élisabeth Santacreu · Le Journal des Arts

Le 5 septembre 2019 - 147 mots

Essai biographique. Peu connue aujourd’hui, même si on peut visiter son atelier parisien, la sculptrice Chana Orloff (1888-1968) a connu la gloire dès 1923.
Pourtant, ce n’est pas l’analyse de son œuvre que Rebecca Benhamou livre ici, mais le portrait intime d’une femme qui a forgé son destin avec obstination. Née dans l’Ukraine des pogroms et élevée à Jaffa, elle décide en 1910 de se rendre seule à Paris. La sculpture en fait un personnage du milieu artistique de Montparnasse. Ses amis s’appellent Jeanne Hébuterne, Modigliani et Soutine. Veuve jeune, tourmentée mais « femme comme un roc », d’après Rebecca Benhamou, elle réussit à fuir en 1942 vers la Suisse avec son fils. Elle se relèvera de cette épreuve en créant et exposant à Genève puis, après la guerre, partout dans le monde et notamment en Israël. Au-delà de son talent, c’est la résilience de cette artiste qui émeut.
Rebecca Benhamou, L’horizon a pour elle dénoué sa ceinture,
2019, éd. Fayard, 294 p., 18 €.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°528 du 6 septembre 2019, avec le titre suivant : Portrait de Chana Orloff en survivante

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque