Dimanche 25 février 2018

An 2000

Pierre qui roule...

Le Journal des Arts

Le 5 août 2008

Pour célébrer l’an 2000, les manifestations saugrenues ne manqueront pas et, une fois de plus, les Britanniques risquent d’être à la pointe. La Loterie nationale a ainsi accordé son soutien à un projet gallois visant à acheminer à Stonehenge, depuis le Pays de Galles, une pierre de quatre tonnes.

LONDRES (de notre correspondante) - La célébration du millénaire aura au moins servi à une chose en Grande-Bretagne : réveiller l’esprit créatif et effervescent d’une nation célèbre pour ses excentricités. La Loterie nationale a alloué des subventions à différents projets pour célébrer le nouveau millénaire, d’une banque nationale de sperme à une biosphère dans Regent’s Park, en passant par la conservation des beffrois des églises afin que toutes les cloches du pays puissent continuer de sonner durant les mille prochaines années. Une organisation pour le développement rural au Pays de Galles a reçu 100 000 livres sterling (970 000 francs) pour acheminer une pierre de quatre tonnes le long d’une ancienne voie de 400 km sur laquelle les hommes du Néolithique ont fait rouler les mégalithes destinés au site de Stonehenge.

L’idée est de David John, directeur de Menter Preseli à Haverford West, dans le Pembrokeshire, qui rêve depuis des années à un moyen de mettre en évidence le lien unissant sa communauté rurale, dans les collines de Preseli, au célèbre cromlech (amas de pierre en cercle) situé dans la plaine de Salisbury. “Les collines de Preseli sont un lieu idéal pour les randonnées, mais le tourisme ici est nettement moins important que dans le reste de la région. La seule chose que l’on sait de nous est que notre ville abrite le gisement des pierres bleues qui constituent le cercle intérieur de Stonehenge. Notre défi était de raviver ce message de manière intéressante.”

Le projet “Rolling Stone” n’a pas tardé à recueillir un écho. À la suite d’une émission le présentant, diffusée à la radio australienne à deux heures du matin, les lignes téléphoniques de Menter Preseli ont été saturées pendant plusieurs jours par les appels de volontaires. L’organisateur estime que près de mille personnes viendront pousser, tirer et faire flotter la pierre à l’aide d’un système de cordes, de poulies et de radeaux, pour l’acheminer des montagnes galloises aux dunes du Wiltshire, en passant par la rivière Avon. Les bénévoles dormiront à la belle étoile dans les champs longeant la route qui, autant que possible, traversera des zones rurales. Le départ de la marche est prévu pour le 1er mars 2000, jour de la Saint David, patron du Pays de Galles, et la procession devrait atteindre Stonehenge vers le 23 septembre, date de l’équinoxe d’automne. Les archéologues pensent que les pierres bleues proviennent des collines de Preseli car on en a trouvé sur la route reliant le Pays de Galles à Stonehenge, ainsi que dans le lit de l’Avon, où elles seraient tombées au cours du transport. “Les pierres bleues sont chaudes au toucher, et elles attirent la lumière ; c’est peut-être pour cela que nos ancêtres pensaient qu’elles avaient des pouvoirs magiques”, explique David John. Il est actuellement en contact avec des archéologues et des géologues afin de trouver une solution pour extraire l’énorme pierre des collines ; celles-ci sont en effet classées “site protégé” en raison de leur importance scientifique. “Nous sommes en train de réunir une équipe de spécialistes pour connaître les moyens que les hommes avaient à leur disposition il y a 4 000 ans. Nous voulons que notre trajet soit le plus authentique possible”, ajoute David John. “Ce projet a pour vocation de faire partager notre patrimoine. Nous espérons que les gens se déguiseront, mais il est bien évident que les vraies peaux de bêtes sont à proscrire !”.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°79 du 19 mars 1999, avec le titre suivant : Pierre qui roule...

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque