Vendredi 14 décembre 2018

Décès

Panza s’en va

Par Roxana Azimi · Le Journal des Arts

Le 11 mai 2010 - 236 mots

Grand amateur d’art minimal et pop, le comte Panza di Biumo est décédé à l’âge de 87 ans.

MILAN - Une silhouette frêle et racée, une exigence sans faille. Tel est le souvenir que laisse le collectionneur italien Giuseppe Panza di Biumo, décédé le 24 avril, à Milan, à l’âge de 87 ans. Dès le milieu des années 1950, l’amateur procède par ensemble, achetant d’un coup quatorze pièces de Tàpies. Un voyage aux États-Unis marque un tournant dans ses choix. Il délaisse les artistes européens pour Franz Kline et l’expressionnisme abstrait.

Sous l’influence du galeriste Leo Castelli, il s’oriente vers le pop art, puis l’art minimal, constituant un ensemble que les musées se disputeront. En 1984, il vend 80 œuvres pop et expressionnistes abstraites pour 11 millions de dollars au Museum of Contemporary Art (MOCA) de Los Angeles, avant de faire don, en 1994, de 70 autres pièces à l’institution californienne. En 1991, il cède 200 pièces pour 30 millions de dollars au Guggenheim, puis en donne 150 autres au musée new-yorkais.

En avril dernier, le San Francisco Museum of Modern Art (MoMA) a, quant à lui, acquis 25 pièces de sa collection, notamment cinq œuvres historiques de Bruce Nauman. En l’an 2000, Panza di Biumo avait ouvert sa villa de Varèse (Lombardie) au public. Un des lieux les plus sublimes au monde, où sont conservées quelques créations insignes de Donald Judd ou de Dan Flavin.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°325 du 14 mai 2010, avec le titre suivant : Panza s’en va

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque