Musée

ENTRETIEN

Nathalie Bondil : « Reconnaître notre histoire de l’art arabe »

Directrice du musée et des expositions de l’IMA

Par Jean-Christophe Castelain · Le Journal des Arts

Le 13 octobre 2021 - 412 mots

PARIS

L’ex-directrice du Musée des beaux-arts de Montréal a pris les commandes en mai du département du musée et des expositions de l’Institut du monde arabe (IMA). Elle explique le projet de sa refonte.

Quelle votre mission principale ?

Outre la programmation des expositions, je suis chargée du chantier de refonte du musée suscité par la formidable donation Lemand en 2018, soit 1 600 œuvres. Constamment enrichie, elle renforce la collection de l’IMA, désormais la plus importante en art arabe moderne et contemporain en Occident.

Jusqu’à quel point cette modernité arabe est-elle méconnue ?

Elle est tout simplement absente de notre histoire de l’art. Les chapitres de la modernité cubaine, mexicaine, canadienne figurent dans nos livres, mais pas celle arabe. C’est d’autant plus incompréhensible que leurs artistes ont tôt circulé en Occident. C’est d’ailleurs un des problèmes, certains n’étant pas considérés comme arabes. Par exemple la Libanaise Huguette Caland [1931-2019], qui a aussi vécu à Paris et aux États-Unis, devait avoir une exposition à l’IMA il y a longtemps… mais on ne la trouvait pas assez arabe ! Résultat, cette pionnière, aujourd’hui décédée, n’a jamais eu de rétrospective en France alors qu’elle figure dans les plus grandes collections internationales. Réparons cette erreur.

Quelle sera la ligne éditoriale de la présentation des collections ?

Souvent confondue avec les arts de l’Islam, nous voulons raconter l’histoire des beaux-arts arabes de la colonisation à la décolonisation, montrer les influences, les rencontres et les amitiés de ces artistes au travers des pays et des époques. Cette histoire de l’art est en pleine reconnaissance. Les récentes acquisitions, au Met [à New York] par exemple, montrent que l’intérêt dépasse le monde arabe. Leurs artistes ont construit notre histoire de l’art à l’échelle globale.

La France est-elle bien placée pour porter ce discours ?

Absolument. Compte tenu des liens historiques et culturels, Paris a été une capitale des arts arabes. Si les Anglo-Saxons sont actifs, la France a attiré des artistes du monde entier avant et après la Seconde Guerre mondiale. Sensibiliser les publics, former les historiens, l’enjeu dépasse le discours artistique : c’est une mission citoyenne.

Quel est le calendrier ?

Idéalement, ce musée serait inauguré vers 2024. C’est ambitieux mais donnons-nous des objectifs pour les réaliser. Le contenu, soit une collection de grande qualité, est là. Nous développons notre stratégie pour le financer, compléter le travail scientifique, rénover le bâtiment. Je rêve ce nouveau musée de l’IMA en musée des chefs-d’œuvre de l’art arabe dans un chef-d’œuvre de l’architecture.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°575 du 15 octobre 2021, avec le titre suivant : Nathalie Bondil, directrice du musée et des expositions de l’IMA : « Reconnaître notre histoire de l’art arabe »

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque