historien

Michel Pastoureau se met au bleu

L'ŒIL

Le 1 décembre 2000

Dans l’Antiquité, les Romains bannissaient le bleu, signe de deuil ou d’excentricité. D’ailleurs, ils n’avaient pas de mot pour le nommer. Sous saint Louis, l’azur prend ses lettres de noblesse. Quant aux dandys de l’époque romantique, ils ne pouvaient se passer de leur habit bleu à la Werther. Gœthe lui-même n’était-il pas l’un des grands théoriciens de la couleur ? Mais qu’en est-il du bleu aujourd’hui ? s’interroge Michel Pastoureau, directeur d’études à l’École pratique des Hautes Études et auteur de Bleu, l’histoire d’une couleur. On peut le considérer comme « une couleur neutre », allant du blue-jeans aux casques bleus car « les problèmes de la couleur sont d’abord et toujours des problèmes sociaux, parce que l’être humain ne vit pas seul mais en société ». Malgré une mise en page très mode de coffee table book, ce livre est une passionnante et remarquable enquête menée par le spécialiste des couleurs, mais aussi de l’héraldique, des armoiries ou de l’iconographie des saints.

Michel Pastoureau, Bleu, l’histoire d’une couleur, éd. du Seuil, 216 p., 245 F.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°522 du 1 décembre 2000, avec le titre suivant : Michel Pastoureau se met au bleu

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque