Samedi 17 novembre 2018

María Chillón - Graveur

Par Fabien Simode · L'ŒIL

Le 28 septembre 2016 - 356 mots

GRAVEUR - L’art contemporain est une médaille à deux faces : quand l’une est visible, l’autre est dissimulée. Malheureusement, la gravure souffre d’en être aujourd’hui le revers.

Un bien triste sort pour une pratique artistique à laquelle échut jadis la mission de diffuser l’art. « Elle n’est pas cachée, elle est silencieuse », corrige toutefois María Chillón, admirable buriniste espagnole. La gravure, elle l’a découverte par hasard durant ses études aux Beaux-Arts, alors qu’elle était partie suivre des cours pendant un an à Rome. « Des gens m’ont dit que la gravure m’allait bien », se souvient la jeune femme. Si bien qu’elle choisit de s’y consacrer corps et âme, optant, de retour en Espagne, pour l’atelier de sculpture, « le seul qui [lui] permettait de continuer la gravure ». Son diplôme en poche, María Chillón s’envole pour l’Australie avant de finalement s’installer en 2008 à Paris – par amour. En France, elle retrouve alors Hector Saunier, qu’elle avait croisé à Rome et qui dirige l’atelier de gravure Contrepoint. Auprès du graveur argentin, María Chillón s’initie au burin. Elle gagne peu à peu sa place dans l’atelier dont elle devient assistante, et trouve un petit boulot à la Cité de l’architecture qui lui permet de vivre, sans jamais cesser de graver, poursuivant cette lignée de graveurs qui va de Piranèse à Cécile Reims, en passant par Joseph Hecht – dont elle admire l’œuvre. L’artiste commence par dessiner à l’encre sur sa plaque ; « d’une tache naissent des lignes », des lignes des formes qui deviennent tantôt une fleur, tantôt un corps qui, toujours, donne la sensation d’un mouvement fluide et organique où l’accident n’a pas sa place. C’est la qualité des grands artistes de faire oublier leur travail.

Biographie

1982 : Naissance à Orense (Espagne)
2003 : Premier cours de gravure à l’Académie des beaux-arts de Rome
2005 : Diplôme de beaux-arts à l’université de Salamanque
2008 : Diplôme d’études avancées à l’université Complutense de Madrid en dessin et gravure
2012 : Mention d’honneur au prix Lacourière
2016 : Obtient la bourse FormArte du ministère de la Culture espagnol, à Paris. Exposition personnelle « Fragments d’un monde » à la Galerie Schumm-Braunstein (Paris-3e), jusqu’au 18 octobre

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°694 du 1 octobre 2016, avec le titre suivant : MarÁ­a Chillón - Graveur

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque