Foire

Malmenée, la FIAC cherche un nouveau positionnement

Par Roxana Azimi · Le Journal des Arts

Le 21 novembre 2003

Reed Expositions a dissous le comité d’organisation de la FIAC et nommé
l’ancienne galeriste Jennifer Flay au poste de directrice artistique.

Paris - Reed Expositions France, société organisatrice de la Foire internationale d’art contemporain (FIAC), a annoncé le 13 novembre la fin de ses accords avec le Cofiac, comité chargé de la sélection des exposants du salon. Dégraissé mais identique à lui-même, le Cofiac restait faiblement représentatif des galeries étrangères. « J’ai écrit à chaque membre en leur précisant qu’ils n’étaient pas remis en question à titre personnel ou professionnel », précise Jean-Daniel Compain, directeur général du pôle Culture, Sports et Loisirs de Reed, face à quelques réactions grinçantes. Le Cofiac cède la place à un comité de pilotage international comprenant galeries et personnalités extérieures. Cette cellule artistique officialisée le 19 novembre devrait se réunir très régulièrement aussi bien à Paris qu’à l’étranger.
Pour répondre à l’attente des galeries réclamant une direction plus avertie, Reed a aussi nommé Jennifer Flay comme directrice artistique. Après avoir défendu pendant treize ans des artistes comme Dominique Gonzalez-Foerster ou Claude Closky, cette galeriste d’origine néo-zélandaise avait fermé ses portes en juin dernier. « Je sais ce qu’une foire représente pour une galerie, en termes de mobilisation de l’équipe et en termes financiers. Ayant participé à ma manière à la reconnaissance internationale de la scène française, la direction artistique de la FIAC me semble un prolongement logique », estime Jennifer Flay, qui a été membre du comité de sélection de la foire de Chicago entre 1993 et 1995. Glissée discrètement au moment de Paris Photo, cette nouvelle ne s’est propagée que timidement auprès des galeries. « J’applaudis ce choix », déclare le galeriste Marcel Fleiss, ancien du Cofiac. « C’est la personne idéale, issue de la profession, de surcroît bilingue », renchérit sa consœur Anne de Villepoix.
À l’heure qu’il est, on sait peu de choses de la prochaine FIAC, si ce n’est qu’elle sera agrandie de quelque 2 500 m2 supplémentaires. « Il y aura des changements importants à tous les niveaux. Notre comité reflète notre volonté d’affiner et de renforcer la partie moderne. C’est le tournant le plus important depuis la création de la FIAC », promet Jennifer Flay. Un de plus ?

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°181 du 21 novembre 2003, avec le titre suivant : Malmenée, la FIAC cherche un nouveau positionnement

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque