Eglise - Justice

Loir-et-Cher : un ancien prêtre condamné à un an avec sursis pour vol d'objets de culte

Par LeJournaldesArts.fr (avec AFP) · lejournaldesarts.fr

Le 17 juin 2020 - 409 mots

BLOIS

Un ancien prêtre qui avait volé des dizaines d'objets de culte pour les revendre à des antiquaires a été condamné mardi à un an de prison avec sursis par le tribunal de Blois pour vols de biens culturels.

Allegorie de la Justice sur le fronton tribunal de Nimes. © Photo Daniel Villafruela, 2014, CC BY-SA 4.0
Allégorie de la Justice sur le fronton tribunal de Nîmes.
Photo Daniel Villafruela, 2014

De 2009 à 2013, lors de ses affectations à Chalons-en-Champagne (Marne), au Puy-en-Velay (Haute-Loire), à Luçon (Vendée) et Montoire-sur-le-Loir (Loir-et-Cher), l'abbé avait volé des objets dans les églises avant de les revendre principalement à deux antiquaires accusés, percevant ainsi plus de 80 000 euros.

Ce prêtre "atypique", comme l'a qualifié la présidente du tribunal, fumait, fréquentait les bars, jouait à des jeux de grattage et buvait de l'alcool. S'il avait été recadré une première fois par sa hiérarchie pour ses premiers vols à Chalons-en-Champagne, il avait ensuite continué à dérober, jusqu'à ce qu'un prêtre de la paroisse de Montoire-sur-le-Loir ne donne l'alerte.

"Le fait de sortir pas mal et de me retrouver avec des gens qui avaient des besoins, j'ai commencé à vendre des affaires à moi. Puis j'ai inclus des choses qui ne m'appartenaient pas, en me disant que (la vente de) ces objets serviraient mieux à des gens dans le besoin", a expliqué le prêtre, 39 ans, désormais marié et père de trois jeunes enfants.

"Je pense que j'aidais les gens et j'achetais leur affection", a estimé l'homme qui n'a jamais cherché à nier sa culpabilité. Il a dit avoir été ordonné trop jeune (24 ans) et s'est dit "violemment perturbé" par certaines confessions. "Je pense que c'était un appel à l'aide. j'ai toujours laissé des traces, alors que j'aurais pu l'éviter.(...) j'étais perdu", a expliqué l'ancien homme d'église, qui va tenter de passer un CAP d'électricien.

Un antiquaire de l'Indre-et-Loire, ainsi qu'une mère de famille de Châlons-en-Champagne ayant bénéficié de l'aide financière du prêtre, ont écopé tous de deux de quatre mois de prison avec sursis pour recel. Selon le tribunal, le professionnel ne pouvait ignorer la provenance illégale des objets de culte, alors que les ventes étaient conclues sur des parkings de supermarché à des prix bien en-dessous du marché. Et ce, même si le prêtre se présentait aux rendez-vous en soutane.

Le tribunal a aussi estimé que la mère de famille, femme de ménage portugaise, ne pouvait ignorer l'origine frauduleuse des sommes importantes passant sur son compte en banque. Elle avait ainsi bénéficié des 28 000 euros, fruit du vol d'un lingot d'or dérobé au diocèse de Luçon.

Cet article a été publié par l'AFP le 16 juin 2020.

Thématiques

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque