Vendredi 23 février 2018

Les « Women » prennent le deuil

Décès de Willem De Kooning, le dernier des expressionnistes abstraits

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 20 octobre 2009

Dernier représentant de l’Expressionnisme abstrait, Willem De Kooning est mort le 19 mars des suites de la maladie d’Alzheimer. Avec lui s’éteint l’un des artistes majeurs de la seconde moitié du vingtième siècle.

NEW YORK - De Kooning est mort à l’âge de 92 ans à son domicile de East Hampton, au bout de la presqu’île de Long Island, près de New York. Depuis le début des années quatre-vingt, le peintre était atteint de la maladie d’Alzheimer. Il s’était d’ailleurs exprimé pour la dernière fois le 20 novembre 1983 dans un entretien publié par le New York Times. À la mort de son épouse, en 1989, le tribunal de New York avait reconnu son incapacité juridique et désigné comme curateurs sa fille Lisa et son ami et avocat John Eastman, du Cabinet East­man & Eastman. Sa fortune avait alors été estimée à 7 millions de dollars (39,9 millions de francs). Figure incontournable de l’Expres­sionnisme abstrait, l’artiste a pourtant toujours fait preuve d’une grande liberté, revenant notamment à la figuration avec sa célèbre série Woman. Consacré également par le marché, il était l’artiste contemporain le plus cher depuis la vente chez Sotheby’s en 1989 d’Inter­change pour 20,6 millions de dollars (117,4 millions de francs).

En présentant en janvier dernier l’exposition de ses dernières œuvres au MoMA de New York, Robert Strorr, conservateur au musée, déclarait que "personne n’aurait prédit que De Kooning vivrait vieux. Par son talent et son tempérament, il semblait appartenir à la tradition romantique des artistes dont l’œuvre consomme l’énergie physique et psychique".

Retour à la figuration
Né à Rotterdam en 1904, De Kooning a travaillé dès l’âge de douze ans comme décorateur, tout en suivant les cours du soir de l’Académie des beaux-arts de la ville. Il s’installe à Bruxelles en 1924, s’inscrit à l’Académie royale des beaux-arts et s’intéresse à l’Abstraction géométrique de Piet Mondrian et des artistes de De Stijl. En 1926, il s’embarque pour les États-Unis, où il décidera, neuf ans plus tard, de se consacrer définitivement à l’art. Toujours très influencé par les artistes européens, il rencontre à New York, dans les années 1940, Fernand Léger et Jean Hélion qui y sont en exil. Sa première exposition personnelle ne viendra pourtant qu’en 1948 à la Egon Gallery de New York. L’ensemble, des toiles tourmentées dans les tons noirs et blancs, s’inscrivait alors dans le courant de l’Expres­sionnisme abstrait. En 1950, il expose Excavation à la Biennale de Venise, œuvre majeure qui marque sa consécration internationale et lui vaut une place de choix dans l’exposition "Peinture et sculpture abstraite en Amérique", organisée en 1951 par le MoMA à New York. Pourtant, l’artiste crée la sensation quelques mois plus tard en rompant délibérément avec l’Expres­sionnisme abstrait d’un Kline ou d’un Pollock en revenant à la figuration. Il expose ainsi à la Sidney Janis Gallery sa série majeure des Woman I-VI. En 1968, sa rétrospective au Stedelijk Museum d’Amsterdam lui donne l’occasion de revenir pour la première fois dan son pays natal. Il voyage alors en Europe, séjourne en 1969 à Rome, où il commence à réaliser de petites sculptures qui seront exposées en 1972 chez Sidney Janis. 1975 marque pourtant son retour à la peinture et à l’abstraction. Présentées jusqu’au 29 avril au MoMA de New York, ses dernières œuvres, réalisées alors que l’artiste était atteint de la maladie de Parkinson, sont "sujettes à caution", selon certains experts, qui y voient une intervention non négligeable des assistants du peintre. À l’occasion de sa dernière grande exposition, qui avait circulé aux États-Unis et en Europe, le Journal des Arts avait publié une double page sur l’artiste dans son n° 3 (mai 1994).

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°35 du 4 avril 1997, avec le titre suivant : Les « Women » prennent le deuil

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque