Les créatures de Cronenberg

Par Philippe Régnier · Le Journal des Arts

Le 17 novembre 2000 - 238 mots

David Cronenberg, le père de la “Nouvelle chair”, est aujourd’hui l’auteur d’un corpus de films dont certains sont rapidement devenus cultes, à l’exemple de Vidéodrome, de la Mouche ou de Dead Ringers. Il est peu de dire que le réalisateur de Crash met en place un monde étrange et fantastique. Son dernier long-métrage, eXistenz, proposait ainsi une aventure transposée dans l’univers d’un jeu de rôle peuplé de créatures fantastiques et autres pods organiques. Ces derniers sont aujourd’hui présentés dans une exposition qui se tient à la fois au Centre culturel canadien à Paris et à l’Espace Pierre-Cardin. La manifestation réunit en effet un ensemble d’objets et de documents souvent inédits, à l’exemple d’affiches de films, de photographies, d’objets promotionnels, d’invitations à des previews, d’objets et de créatures fantastiques tout droit sortis de ses films. Ces pièces témoignent ainsi des pôles d’intérêt et de l’univers du Canadien, traitant aussi bien des thèmes de la maladie et du virus, que de la monstruosité et de la gémellité, ou même proposant des croisements entre l’art, la mécanique et la technologie. L’ensemble de ces pièces est montré dans un environnement sonore construit à partir de bribes de dialogues de ses films, ou de bruitages organiques, comme des succions, des crissements et des respirations.

- DAVID CRONENBERG, CRÉATURES ET MACHINES MALADES, jusqu’au 16 décembre, Centre culturel canadien de Paris, 5 rue de Constantine, 75007 Paris ; Espace Pierre-Cardin, 1-3 avenue Gabriel, 75008 Paris

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°115 du 17 novembre 2000, avec le titre suivant : Les créatures de Cronenberg

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque