Dimanche 16 décembre 2018

Le plus flamand des peintres français

Par Sophie Flouquet · L'ŒIL

Le 26 juillet 2007 - 656 mots

À dix-neuf ans, son père lui propose de quitter Bruxelles pour entrer dans l’atelier de Rubens. Mais Champaigne refuse. C’est finalement à Paris qu’il s’installe et débute son métier.

Il est une anecdote significative dans la vie de Philippe de Champaigne. Lorsqu’en 1621, son père lui propose de quitter sa ville natale pour se rendre à Anvers apprendre le métier dans l’atelier de Rubens, le jeune peintre refuse catégoriquement, prétextant du caractère déraisonné de la dépense. Rapportée par Félibien dans ses Entretiens sur les vies et sur les ouvrages des plus excellents peintres anciens et modernes (1666-1688), rare texte s’intéressant à la carrière de Champaigne, cette histoire révèle le caractère du peintre.

Rappelé par Marie de Médicis
Né à Bruxelles en 1602, Champaigne restera marqué par sa première formation chez un miniaturiste puis chez le paysagiste Fouquières. Lorsqu’il refuse de se rendre à Anvers, c’est que le jeune peintre a choisi de partir pour l’Italie. Son voyage s’interrompt à Paris, où va se dérouler toute sa carrière. Accepté dans l’atelier de Georges Lallemant, Champaigne loge sur la rive gauche, au collège de Laon, où il côtoie Poussin avant le départ de ce dernier pour Rome. Assez rapidement, Champaigne obtient de travailler à la réalisation des décors du palais du Luxembourg, sous la direction de Nicolas Duchesne.
En 1627, il retourne dans sa ville natale, où il semble bien décidé à s’installer définitivement, avant d’être rappelé par l’intendant de Marie de Médicis qui lui offre de reprendre la succession de Duchesne. La proposition est séduisante : logement au palais du Luxembourg, pension confortable, titre de peintre ordinaire de la reine mère et de valet de chambre du roi. Champaigne accepte et s’en retourne donc à Paris en 1628, où il reprend l’atelier de Duchesne et en épouse la fille.

Proche de Port-Royal
Dès l’année suivante, il reçoit ses « lettres de naturalité », et obtient des commandes de Louis XIII et de Richelieu. Outre de nombreux portraits, il œuvre pour ce dernier au palais Cardinal en collaboration avec son rival, Simon Vouet, pour la réalisation du décor de la galerie des hommes illustres, mais aussi pour les décors de la chapelle de la Sorbonne. Apprécié pour sa capacité à peindre des portraits d’apparat d’une grande justesse, sollicité par tous les puissants de l’époque – prélats, robins, ministres, secrétaires d’État ou architectes, comme Jacques Lemercier – Champaigne est également apprécié des congrégations religieuses.
Les années 1640 sont toutefois marquées par une succession de drames qui modifient le cours de sa carrière. En 1642, il perd son unique fils, Claude, peu de temps après la mort de son épouse (1638). C’est alors qu’il demande à son frère de lui envoyer de Bruxelles l’un de ses fils, Jean-Baptiste, afin de l’assister dans son travail et de satisfaire des commandes de plus en plus nombreuses.
Alors qu’il participe aux débats liés à la création de l’Académie royale de sculpture et de peinture et travaille au service d’Anne d’Autriche, Champaigne se rapproche de Port-Royal, où ses filles prendront le voile, au milieu des années 1640. C’est alors qu’il produit ses peintures les plus célèbres, empreintes d’une religiosité austère.
Au tournant des années 1660, alors que le jeune Louis XIV ne va pas tarder à faire de Versailles la nouvelle capitale des arts, le vieux Champaigne incarne déjà une époque révolue. Son art sévère n’est plus en adéquation avec l’époque qui s’ouvre.

Repères

1577 Naissance de Rubens à Anvers. 1610 Assassinat d’Henri IV par Ravaillac. 1618 Début de la guerre de Trente ans. 1640 Publication de l’Augustinus, texte fondateur du jansénisme. 1642-1643 Mort de Richelieu puis de Louis XIII. 1648 Création de l’Académie de peinture et de sculpture sous la Régence d’Anne d’Autriche. 1661 Début du règne personnel de Louis XIV. 1665 Mort de Poussin. 1674-1686 Le Brun, premier peintre du roi, réalise les décorations du château de Versailles. 1685 En France, la révocation de l’édit de Nantes met fin à la liberté de culte en proclamant le catholicisme religion officielle.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°591 du 1 mai 2007, avec le titre suivant : Le plus flamand des peintres français

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque