Dimanche 18 février 2018

Commissaire-priseur

Le marteau d'Isabelle

L'ŒIL

Le 19 août 2008

Après Chantal Pescheteau ou Catherine Charbonneaux, Isabelle Bailly-Pommery fut l'une des premières femmes commissaires-priseurs en France. « Un statut bien difficile au démarrage lorsque j’ai voulu m’associer à l’un de mes confrères. » De son passage à l’étude Ader-Picard-Tajan datent ses liens avec les experts. De son association avec Me Lelièvre à Chartres, ses connaissances dans les domaines très pointus que sont les boîtes de collection ou les poupées. Avec Olivier Rieunier, ils sont réunis à Millon, associés en attendant la fusion des études dès que la loi le permettra. À leur actif, des dispersions impressionnantes comme la vente Renan, celle de l’avionneur Roland Potez, celle des voitures de Coluche, la vente Guy Laroche ou la vente Accornero. Leur spécialité ? Les ventes faites en liaison avec les notaires et gérants de tutelle. La vente de prestige du 25 novembre fait exception à la règle, mais sous le marteau d’Isabelle Bailly-Pommery une Table de cuisine de Chardin et un dessin d’Ingres, venus de collections privées, s’envoleront vers de nouveaux horizons.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°501 du 1 novembre 1998, avec le titre suivant : Le marteau d'Isabelle

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque