Le Japon investit dans le contemporain

Deux nouveaux musées dédiés à la création actuelle vont ouvrir prochainement dans l’archipel

Par Olivier Michelon · Le Journal des Arts

Le 16 mai 2003 - 699 mots

Eldorado des musées dans les années 1980, le Japon a assisté à la fermeture de nombre d’entre eux à cause de la crise qui frappe le pays. Dans le domaine de l’art contemporain, les mois à venir devraient pourtant être marqués par l’inauguration de nouveaux lieux. Le Mori Art Center ouvrira ses portes à Tokyo en octobre, tandis que dans un an, en novembre 2004, le 21st Century Museum of Contemporary Art placera la ville portuaire de Kanazawa sur la carte des métropoles culturelles.

TOKYO - La fièvre des musées a-t-elle repris au Japon ? Alors que, ces dix dernières années, la crise économique a entraîné la fermeture des musées privés qui avait poussé à la faveur de la bulle économique, le projet du Mori Art Museum laisse espérer une reprise. Son initiateur, l’entrepreneur immobilier Minoru Mori, a pour lui l’espace. Tokyo semble en avoir fini avec son développement horizontal et le Mori Building est précisément l’une des entreprises qui transforme la ville à coup de tours. La dernière livraison du magnat, Roppongi Hills, est un quartier de douze hectares au mobilier urbain réalisé par Ettore Sottsass, Karim Rashid ou Droog Design, et ponctué de sculptures signées Cai Guo-Quiang ou Martin Puryear. Le nouvel aménagement accueille des résidences, un hôtel international, le siège de la chaîne de télévision Asahi et la Mori Tower, dont les 54 étages culminent à plus de 200 mètres. C’est au sommet de cette dernière, aux 52e et 53e étages, qu’ouvrira le 8 octobre prochain le Mori Art Museum aménagé par l’agence américaine Gluckman Mayner. Avec un budget de fonctionnement approchant les 18 millions de dollars (16,32 millions d’euros) et des espaces d’exposition totalisant 3 000 m2, le Mori Art Museum se donne pour ambition d’être une “plate-forme pour les artistes japonais et de l’est de l’Asie, une rampe de lancement pour les futurs artistes asiatiques”, selon son fondateur et bailleur de fonds. Outre les expositions, l’endroit proposera des rencontres, conférences, cours, et un programme de résidences.
“Minoru Mori est un grand collectionneur de Le Corbusier. Il a une conception socio-dynamique de l’imbrication des activités dans la cité. D’après lui, l’art contemporain est un moteur pour la transformation des modes de vie et des attitudes”, note David Elliot, à qui la direction de l’institution a été confiée pour les cinq années à venir. L’ancien directeur du Moderna Museet de Stockholm entend mener d’étroites collaborations avec les grandes institutions internationales tout en poussant au développement de la scène japonaise. “Les artistes sont nombreux ici mais pas les collectionneurs, explique David Elliot. De fait, après l’optimisme des cinq premières années, beaucoup d’artistes, aujourd’hui, émigrent ou cessent leur activité. Enfin, s’il existe un véritable enthousiasme au Japon, le discours critique est pratiquement absent. Le Mori Art Center peut être un outil pour faire évoluer cette situation.” La longévité et l’inscription du Mori Art Center devra, elle aussi, attendre quelques années pour se confirmer, car, pour l’heure, l’institution fonctionnera sans collection. “Nous nous donnons deux ans pour y réfléchir”, ajoute David Elliot.
Au développement vertical du Mori Art Center, semble répondre l’éloge de l’horizontalité, développé par les architectes Kazuyo Sejima et Ruye Nishizawa pour le 21st Century Museum of Contemporary Art de Kanazawa. Sur la mer du Japon, la “petite” ville de 500 000 habitants, située à quatre heures de train de Tokyo, inaugurera en novembre 2004 un bâtiment de près de 4 000 m2 pour aborder l’art de ces vingt dernières années. Dans ce cercle d’un diamètre de 110 mètres se concentre une série de galeries d’expositions temporaires et permanentes prises dans un schéma général apte à multiplier les combinaisons et les circulations. Dirigée par Yuko Hasegawa, commissaire en 2001 de la Biennale d’Istanbul et actuel commissaire du pavillon japonais de la prochaine Biennale de Venise, en juin, l’institution devrait donc contribuer avec le Mori Art Center à attirer de nouveaux regards sur et vers le Japon.

- Mori Art Museum (ouverture prévue en octobre 2003), Ropponghi Hills, Mori Tower, 6-10-1 Ropponghi, Minato-ku, Tokyo, 106-6150 Japon, tél. 813 6406 6100, www.mori.art.museum - Office Fort 21st Century Museum of Contemporary Art, (ouverture prévue en novembre 2004), Kanazawa, 1-2-15 Hirosaka, Kanazawa, Ishikawa, 920-0962 Japon, tél. 81 76 220 2801, www.art.city.kanazawa.ishikawa.jp

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°171 du 16 mai 2003, avec le titre suivant : Le Japon investit dans le contemporain

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque