Lundi 17 décembre 2018

Patrimoine

Le Grand Palais, superbe coquille vide ?

Par Daphné Bétard · Le Journal des Arts

Le 9 septembre 2005 - 463 mots

Le bâtiment construit pour l’Exposition universelle de 1900 sera ouvert au public du 17 septembre au 1er octobre.

 Paris - Après quatre ans de travaux, la nef du Grand Palais, fermée depuis 1993 et en rénovation depuis 2001, sera rendue au public pour les Journées européennes du patrimoine les 17 et 18 septembre (lire p. 6), et ce jusqu’au 1er octobre, date de la quatrième édition de l’événement « La nuit blanche ». Pendant deux semaines, le public pourra apprécier la superbe verrière fraîchement restaurée sous la houlette d’Alain-Charles Perrot, architecte en chef des Monuments historiques. Celle-ci a dû être soulevée de plusieurs millimètres, et son vitrage originel a été remplacé par un vitrage feuilleté pour des raisons de sécurité, ce qui alourdit très légèrement la structure. De l’intérieur, l’effet de transparence et de luminosité est toutefois saisissant. Pour les Journées du patrimoine, la nef abritera les deux Globes monumentaux de Coronelli, réalisés à la demande de Louis XIV entre 1681 et 1683 et présentés pour la dernière fois au public il y a vingt-cinq ans. Ils seront mis en scène par l’architecte Patrick Bouchain, qui prévoit de « suspendre les globes à cinq mètres du sol, par un système de grue, sous la verrière qui sera comme leur voûte céleste ». L’ensemble sera illuminé par Thierry Dreyfus, tandis que Frédéric Sanchez assurera l’ambiance sonore. Après ces festivités, l’édifice conçu pour l’Exposition universelle de 1900 devra poursuivre sa deuxième phase de travaux. Au programme : restaurer les façades, les éléments sculptés et les mosaïques. L’opération, qui aura coûté plus de 100 millions d’euros, devrait s’achever en 2007. Mais, ensuite, quel avenir donner au Grand Palais ? Lors d’une conférence de presse, le 30 août, le ministre de la Culture et de la Communication, Renaud Donnedieu de Vabres, a rappelé que le monument retrouverait sa vocation initiale d’accueil de manifestations culturelles et a promis une exposition de grande ampleur, que « seul le Premier ministre pourra annoncer ». Mais il est resté assez flou quant à l’affectation définitive du monument, qui arbore des allures de superbe coquille vide, même si plusieurs manifestations y sont déjà prévues : une exposition de la Foire internationale d’art contemporain (FIAC), parallèlement aux stands installés à la porte de Versailles du 5 au 10 octobre, Art Paris du 23 au 27 mars 2006 ou encore la Biennale des antiquaires en septembre 2006… La question devrait être réglée d’ici à 2010. En attendant, le Grand Palais attend le bon vouloir de Bercy pour lancer les travaux d’aménagement, dont le montant n’est toujours pas connu, pas plus que l’architecte responsable du projet, ni même le futur concessionnaire. Il faudra par ailleurs régler le contentieux qui oppose l’État, propriétaire du bâtiment, et la Ville de Paris, qui est, elle, propriétaire du sol...

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°220 du 9 septembre 2005, avec le titre suivant : Le Grand Palais, superbe coquille vide ?

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque