Vendredi 13 décembre 2019

Restitutions

L’Acteur de Picasso restera au Metropolitan Museum of Art

Par Capucine Moulas, correspondante à New York · Le Journal des Arts

Le 17 février 2018 - 401 mots

NEW YORK / ETATS-UNIS

La justice américaine a décidé que le MET de New York pouvait conserver la toile entrée dans ses collections en 1952.

Pablo Picasso - L'acteur (1905)
Pablo Picasso - L'acteur (1905)

New York. En juin 1938, Paul et Alice Leffmann, un couple de Juifs allemands réfugiés en Italie, décide de fuir à nouveau le joug nazi vers la Suisse. Pour s’acquitter de la coûteuse taxe de passage, ces sexagénaires dépossédés depuis cinq années se résignent à vendre leur bien le plus précieux : L’Acteur de Picasso, peint en 1904 pendant la période rose du maître, qu’ils ont acquis en 1912. Quatre-vingts ans plus tard, une juge fédérale de l’État de New York a tranché sur la nature de cette vente, dénoncée par l’arrière-petite-nièce des Leffmann, Laurel Zuckerman.

Cette dernière réclamait depuis 2010 le tableau d’une valeur de 100 millions de dollars (plus de 80 M€) au Metropolitan Museum of Art (Met), qui compte la toile parmi ses trésors artistiques depuis 1952. Pour la parente du couple Leffmann, le tableau, vendu pour 12 000 dollars nets en 1938 à Käte Perls, ex-femme du collectionneur et marchand d’art Hugo Perls, et au galeriste Paul Rosenberg, n’aurait jamais quitté sa famille si la guerre n’avait forcé ses ancêtres à s’en défaire, à prix bradé. Pour preuve, la plaignante avance que, avant de définitivement traverser l’Atlantique, L’Acteur a été prêté par Paul Rosenberg au Museum of Modern Art (MoMA) de New York et assuré à hauteur de 18 000 dollars, un an après la vente des Leffmann. Acquise en octobre 1940 par la galerie new-yorkaise Knoedler & Co., la toile est rachetée en 1941 par Thelma Chrysler Foy, fille du géant américain de l’automobile Walter Chrysler, pour 22 500 dollars, soit près du double de son prix initial. Thelma Chrysler Foy décide onze ans plus tard de faire don du tableau au Met.

« Malgré la pression économique sur les Leffmann dans les circonstances indéniablement terribles des régimes nazis et fascistes, cette pression, qui n’a pas été causée par les parties prenantes de la transaction (ni par le prévenu), est insuffisante pour prouver que la transaction a eu lieu sous la contrainte », a statué le 7 février la juge. Tandis que Laurel Zuckerman annonçait vouloir faire appel, selon son avocat cité par le New York Times, le musée, qui conservera donc ce joyau de sa collection Picasso, se réjouissait dans une déclaration publiée le jour même : « Le Met est désormais le légitime propriétaire de ce tableau. »

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°495 du 16 février 2018, avec le titre suivant : « L’Acteur » de Picasso restera au Metropolitan museum of art

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque