Vendredi 23 octobre 2020

Patrimoine

La rotonde ferroviaire de Laon sauvée de la destruction

Par Julie Paulais · lejournaldesarts.fr

Le 6 juillet 2015 - 475 mots

LAON (PICARDIE) [06.07.15] – La rotonde et les anciens ateliers du dépôt de la SNCF étaient sur le point d’être détruits, mais la DRAC a décidé leur inscription à l’inventaire des Monuments Historiques. La SNCF, qui avait obtenu le permis de démolir, est désormais responsable de la sécurité du site, mais ne s’est pas encore prononcée sur sa future destination.

A Laon, la rotonde et les anciens ateliers du dépôt de la SNCF étaient sur le point d'être détruits. Propriétaire du site, la SNCF avait déjà reçu le permis de démolir, mais la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) est intervenue à temps et a validé la demande d’inscription à l'inventaire des Monuments Historiques, un heureux dénouement salué par la presse régionale, notamment le Courrier Picard.

« On voit que l’intérêt général prévaut sur l’intérêt privé », s’est réjoui Jean-Claude Dehaut, président de la Société des Amis de Laon et du Laonnois, convaincu de l'intérêt historique et architectural du bâtiment. La Société s’est fortement mobilisée afin de préserver ce témoignage industriel majeur. Jean-Claude Dehaut avait ainsi formulé une demande de classement aux monuments historique à Aurélie Filippetti, alors ministre de la Culture. Le dossier a été étudié par la commission régionale du patrimoine et des sites, dont les membres ont majoritairement voté en faveur d’une inscription, validée il y a quelques jours par la préfète de région. L’arrêté d’inscription aux Monuments historiques est en cours de rédaction.

Construite en 1946 et utilisée pour abriter les locomotives à vapeur, la rotonde ferroviaire a été conçue par l'ingénieur Bernard Lafaille, dont les conceptions eurent une grande influence sur l'architecture française des années cinquante et soixante. A ce jour, une dizaine de rotondes ferroviaires sont protégées en France, par exemple celle de Chambéry, mais seulement une autre du type Lafaille, à Avignon, inscrite en 1984 et labellisée « Patrimoine du XXe siècle » en 2001.

Les interrogations subsistent quant à ce qu’il adviendra du site. « Nous n’avons pas eu de contacts rapprochés avec le propriétaire sur son avenir », a expliqué Delphine Lacaze, adjointe au Conservateur régional des Monuments historiques à la DRAC Picardie, interrogée par France 3 Picardie. « Il recevra copie de l’arrêté d’inscription au titre des Monuments historiques. Il lui conviendra de se rapprocher de nous pour discuter d’un projet de réhabilitation ».

Désormais, la SNCF est responsable de la sécurité du monument, et l'inscription implique un droit de regard de la DRAC avant toute modification. La SNCF, peu enthousiaste par cette décision, ne s’est pas encore prononcée sur ce qu’elle comptait en faire : « à l’heure actuelle, nous ne sommes sûrs que d’une chose : nous ne la démolirons pas. Pour la suite, on verra. La priorité du service immobilier sera de sécuriser les lieux. Nous ne sommes pas obligés d’entretenir ou d’entreprendre des travaux mais nous restons responsables des bâtiments ».

Légende photo

Vue de la rotonde ferroviaire de Chambéry en Savoie © Photo Florian Pépellin - 2013 - Licence CC BY-SA 3.0

Thématiques

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque