Mardi 18 décembre 2018

plasticien

John Armeleder chez les charcutiers

L'ŒIL

Le 1 décembre 2000 - 168 mots

Cet été, le plasticien suisse John Armeleder tapissait discrètement de ses éclats doux et lumineux les murs du MoMA de New York. En septembre, le musée de Saint-Gall consacrait une exposition au travail du couple d’artistes qu’il forme depuis 12 ans avec sa compagne et « jumelle » Sylvie Fleury (tous deux sont nés un 24 juin, à quelques années d’intervalle). D’autre part, à l’église Saint-Eustache à Paris, dans la chapelle consacrée à l’Association du souvenir de la corporation parisienne des charcutiers, l’artiste installait un autel de verre et « deux toiles abstraites comme des coulées », prolongées au sol par des clous reprenant le graphisme du pavement d’origine. « Pourtant, ajoute-t-il à propos de cette pièce inscrite dans le programme Nouveaux Commanditaires de la Fondation de France, je suis peu porté sur
les commandes publiques, le public n’étant pas forcément demandeur. » Quant aux charcutiers, ils ont vu l’installation pour la première fois le 19 novembre lors de la messe en mémoire des défunts de la profession.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°522 du 1 décembre 2000, avec le titre suivant : John Armeleder chez les charcutiers

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque