Architecture - Monument

Jean-Michel Wilmotte va concevoir le Grand Palais éphémère

Par Antonin Gratien · lejournaldesarts.fr

Le 10 octobre 2019 - 406 mots

PARIS

L’architecte va construire l’édifice provisoire qui va accueillir les manifestations du Grand Palais fermé jusqu’en 2024.

Jean-Michel Wilmotte, 2010
Jean-Michel Wilmotte, 2010
Photo Jmw

L’architecte et urbaniste français Jean-Michel Wilmotte est chargé de définir la structure éphémère qui accueillera les grandes manifestations parisiennes du Grand Palais, en travaux de fin 2020 jusqu’à 2024. Le nouveau pavillon, « exemplaire en termes de sobriété et de respect de l’environnement » sera construit sur le plateau Joffre du Champ-de-Mars (VIIe) et devrait être ouvert à l’exploitation début 2021.

Supervisé par l’entreprise d’événementiel GL Events, il sera monté dès l’été 2020 et démantelé à l’automne 2024, une fois les Jeux Olympiques et paralympiques terminés. Une enveloppe de 40 millions d’euros est prévue pour l’ensemble des opérations de construction et de gestion du lieu.

Projet du bâtiment éphémère sur le Champ-de-Mars à Paris qui accueillera les événements du Grand Palais © Wilmotte & Associés Architectes
Projet du bâtiment éphémère sur le Champ-de-Mars à Paris qui accueillera les événements du Grand Palais
© Wilmotte & Associés Architectes

Ce budget sera « entièrement couvert par les recettes des grands évènements (saut Hermès, présentation Chanel, la Fiac, Paris Photos…) qui se tiendront ici [dans le pavillon éphémère] », a indiqué au Parisien Chris Dercon, historien de l’art, président de la RMN-GP et pilote du chantier du Grand Palais.

De son côté, Jean-Michel Wilmotte a précisé son projet. Sans se résumer à un « petit Grand Palais », la structure de 20 mètres de haut pourvue de bois en intérieur aura une « empreinte symbolique » du bâtiment, notamment grâce à l’usage de voûtes. La silhouette de l’édifice de 10 000 m² entrera en « dialogue avec la voûte intérieure de la tour Eiffel et la forme du toit de l’Ecole militaire », a assuré l’architecte à qui l’on doit notamment le réaménagement du Rijksmuseum à Amsterdam en 2013.

Depuis l’annonce de la « délocalisation » temporaire du Grand Palais sur le Champ-de-Mars, de nombreux riverains ont exprimé leur mécontentement, craignant l’encombrement d’un jardin fréquenté par plus de 21 millions de personnes chaque année. Chris Decron veut rassurer : « C’est juste une occupation de 4,6 % de terrain. On ne va pas emballer tout le Champ-de-Mars. La promenade sera respectée ».

La rénovation du Grand Palais est l’un des chantiers culturels majeurs de Paris. Pour un budget de 446 millions d’euros, elle comprend la restauration des toits du bâtiment et surtout le réaménagement des espaces intérieurs. En ouvrant l’ensemble de ses galeries, le musée augmentera son espace d’exposition de 30 %, et fera ainsi passer sa jauge de 16 500 à 21 900 visiteurs. Si les travaux sont achevés à temps pour les JO 2024, l’édifice provisoire accueillera les épreuves d’escrime et de taekwondo des Jeux.

Le Champs-de-Mars Paris
Le Champs-de-Mars à Paris
Photo Pixabay

Thématiques

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque