Vendredi 14 décembre 2018

Italie : budget décevant

Le Journal des Arts

Le 5 janvier 2001 - 615 mots

En Italie, la culture parie désormais sur le jeu. Sur un montant global d’environ 13,7 milliards de francs, quelque 400 millions de francs provenant de la loterie seront attribués au patrimoine. Une augmentation jugée faible, pour un ministère dont les dépenses ne représenteront toujours que 0,5 % du budget total.

ROME (de notre correspondante) - Au lieu d’agrandir et de renouveler les zones d’intervention du ministère des Biens et Activités culturels, le projet de loi du budget italien pour 2001 se contente de consolider ce qui a déjà été fait au cours des années précédentes. Sans doute inévitable en fin de législature, cet arrêt n’était pourtant pas prévu. La loi prévisionnelle pour 2001 assigne à la Culture un montant global de 4 045,1 milliards de lires (13,7 milliards de francs), dont près de 70 % pour les dépenses courantes. Quelque 24,9 milliards de lires (0,6 %) reviennent aux opérations de remboursement de passifs financiers, en partie dues aux interventions de réhabilitation post-sismiques du patrimoine culturel d’Ombrie, des Marches, de Basilicate et de Calabre. Au final, les dépenses du ministère se montent en tout à 0,5 % du budget de l’État. Inchangée par rapport à l’exercice financier de 2000, la situation a entraîné la mauvaise humeur des membres de la Commission culturelle de la Chambre des députés. Premier siège d’examen du projet de loi, la commission souhaitait pour le secteur une plus large part du budget de l’État.

Le fonctionnement et les frais du personnel sont eux au centre d’un différend entre le Trésor et Giovanna Melandri, ministre des Biens et Activités culturels. Effet direct de la loi Basanini, des coupes touchent la majorité des ministères, mais ici, l’effet pourrait s’avérer désastreux en se répercutant sur le fonctionnement des institutions : première victime, l’ouverture prolongée des musées et des bibliothèques expérimentée au cours des dernières années. Attribués aux interventions sur le patrimoine, les 100 milliards de lires (environ 400 millions de francs) provenant des gains des jeux et des tirages exceptionnels du Loto figurent, eux, parmi les bonnes nouvelles. Ils viennent s’ajouter aux 300 milliards de lires (1,2 milliard de francs) déjà accordés pour les projets de réhabilitation et de conservation des patrimoines archéologique, historique, artistique, d’archive et littéraire. On recense 205 interventions dans ce domaine pour les années 1998-2000.

Autre secteur à profiter de l’argent de la chance, la promotion de la lecture, l’un des nouveaux secteurs du ministère qui attend le décret imminent de sa réorganisation. Parmi les nouvelles charges figure la surveillance du Coni (Comité olympique national italien), à laquelle la loi financière attribue une contribution extraordinaire d’environ 800 millions de francs.

Autre article important, celui des fonds spéciaux prévus par le projet de loi, nécessaire à financer les mesures législatives qui seront décidées au cours des trois prochaines années. Ceux que le ministère a programmés seront eux de 50,2 milliards de lires (environ 17 millions de francs) pour 2001, 48 milliards pour 2002 et 47,4 milliards pour 2003. Ils serviront entre autres, comme l’indique le gouvernement dans son rapport d’accompagnement, au nouveau financement de la loi de 1999 destinée aux interventions extraordinaires de restauration, conservation et valorisation des biens culturels publics et privés, à la promotion de la culture architecturale et urbanistique, et à l’archéologie sous-marine. D’autres financements pour les trois années à venir sont envisagés. Ils serviront à la réhabilitation des villes historiques, à la mise en valeur du patrimoine historique et culturel de la Première Guerre mondiale, et à la préservation du patrimoine baroque de la ville de Lecce. D’autres articles pourraient s’ajouter lors de la procédure parlementaire : un des premiers proposés pour de nouvelles attributions de fonds spéciaux, concerne la réhabilitation du patrimoine historico-artistique d’Urbin et de Montefeltro.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°118 du 5 janvier 2001, avec le titre suivant : Italie : budget décevant

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque