Mercredi 21 février 2018

Projet

Hongkong revoit ses ambitions à la baisse

Le Journal des Arts

Le 27 août 2007

Les aménageurs ont renoncé à financer les projets de musées, dont celui du Centre Pompidou et de la Fondation Guggenheim. Le gouvernement hongkongais lance une vaste consultation.

HONGKONG - L’appel d’offres pour l’un des plus importants complexes culturels au monde, le West Kowloon Cultural District (WKCD), vient d’être annulé par le gouvernement de Hongkong (lire le JdA no 227, 16 décembre 2005, p. 6). Au mois de février, tous les aménageurs finalistes avaient jeté l’éponge : aucun d’entre eux n’était prêt à financer et à gérer les équipements culturels à hauteur de 30 milliards de dollars hongkongais (3,3 millions d’euros), comme le demandait le gouvernement.
Le plan directeur du complexe, conçu par l’architecte britannique Sir Norman Foster, prévoyait la construction d’un quartier à vocation commerciale, résidentielle et culturelle, en partie couvert par une immense verrière. Fin 2004, le gouvernement avait présélectionné trois aménageurs : World City Culture Park, Sunny Development et Dynamic Star International. Pourtant, en octobre 2005, il modifiait ses conditions, confiant la moitié du projet à un aménageur unique et autorisant les autres à concourir pour l’autre moitié. La création d’un fonds d’investissement privé pour les équipements culturels, à la charge des aménageurs, a alors été ajoutée aux termes du concours. Le Centre Pompidou (Paris) et la Fondation Guggenheim (New York) s’étaient alors associés pour imaginer le pan culturel du projet de l’aménageur Dynamic Star. Mais aucun des aménageurs n’a finalement voulu s’engager à financer un tel projet.

Quelle identité pour les musées ?
Le législateur hongkongais étudie actuellement le réaménagement de cette rade de 40 hectares située sur le port de Hongkong. « Nous devons admettre le fait qu’il existe un fossé entre les attentes du public et la réalité commerciale », nous a indiqué Rafael Hui, secrétaire en chef de l’administration de Hongkong. Ce dernier a annoncé en avril la formation d’un comité qui étudiera les modalités d’un nouveau projet. Présidé par Rafael Hui, ce comité supervisera trois groupes consultatifs qui ont pour mission d’étudier les sites, les attentes touristiques, la thématique des quatre musées et les besoins financiers des équipements. Ces groupes, composés majoritairement de représentants des arts et de la culture, devraient rendre leurs rapports au gouvernement en septembre.
À la tête du groupe consultatif pour les musées, Victor LO Chung-wing a affirmé vouloir reconsidérer les quatre thèmes originaux des musées du West Kowloon Cultural District : l’image mouvante, l’art moderne, l’encre et le design. « Nous ne remettons pas en question le nombre de musées, mais leurs identités culturelles », a-t-il déclaré au quotidien South China Morning Post. « Devons-nous nous restreindre aux quatre thèmes proposés par le gouvernement ? Ces thèmes ont été suggérés il y a quelques années. Ils pourraient déjà être obsolètes, tant les scènes artistiques et culturelles sont mouvantes », a-t-il ajouté.
La création de ce complexe était l’une des principales promesses faites par le gouvernement de Hongkong. Ce dernier ayant essuyé un sérieux revers, il a aujourd’hui besoin d’un appui politique pour remettre le projet sur les rails. Donald Tsang Yam-kuen, chef de l’exécutif hongkongais, a récemment confirmé que le projet lui tenait fort à cœur. Le 29 avril, un groupe consultatif pour les affaires financières s’est réuni pour la première fois afin d’étudier différents modèles de financement mixte public-privé. Ce groupe a encore quatre mois pour faire ses recommandations au comité dirigé par Rafael Hui.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°237 du 12 mai 2006, avec le titre suivant : Hongkong revoit ses ambitions à la baisse

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque