Mardi 18 décembre 2018

couturier

Hervé L. Leroux chez Castaing

L'ŒIL

Le 1 octobre 2000 - 177 mots

Les étoffes drapent les femmes d’Hervé L. Leroux pour dévoiler l’essence de leur nature. D’ailleurs cet homme est un magicien dont le nom se transforme comme les plis de chacune de ses aventures personnelles. Voilà 15 ans, aux côtés de Karl Lagerfeld, son maître à faire et à penser, il était Hervé Peugnet (c’est son nom). Puis Hervé Léger (lui encore). Mais, racheté en 1998, il perd son nom qui devient initiale. Et Leroux ? Parce qu’il est roux, un surnom. Et parce qu’avec sa sœur, « après la galère », il recommence dans un nouvel espace, l’ancienne boutique de la décoratrice Madeleine Castaing, la muse d’un grand nombre de décorateurs actuels. Son inspiration, il la puise d’ailleurs dans les livres d’art et de décoration, les jardins aussi. « Mes rapports avec l’art sont spéciaux. Je n’aime pas les musées. Ils m’angoissent. Alors j’ai choisi la documentation livresque. » Avec une passion pour Brancusi, Giacometti. Les sculpteurs d’abord. Ceux qui le font rêver.

Hervé L. Leroux, 32, rue Jacob, 75006 Paris, tél. 01 55 42 00 39.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°520 du 1 octobre 2000, avec le titre suivant : Hervé L. Leroux chez Castaing

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque