Mercredi 14 novembre 2018

Girodet, Greuze et les autres

Par Sophie Flouquet · Le Journal des Arts

Le 31 mars 2006 - 869 mots

Contrairement à ce qui se profile pour 2006, l’année 2005 a été exceptionnelle pour les musées de province. Notre sélection parmi les plus belles acquisitions.

En 2005, les régions n’ont pas été en reste. Le record est détenu par le Musée Girodet de Montargis (Loiret), ville natale d’Anne-Louis Girodet-Trioson (1767-1824), qui a pu s’offrir, à quelques mois d’une exposition consacrée à cet élève de Jacques-Louis David, un tableau pour la somme exceptionnelle de 2,3 millions d’euros, dont 87 % ont été financés par le Fonds du patrimoine – c’est-à-dire l’État –, le reste provenant des collectivités locales et de fonds privés. Cette émouvante huile sur toile figurant Monsieur Trioson donnant une leçon de géographie à son fils (1803) dévoile en effet les traits de celui qui a adopté l’artiste en 1809, après avoir été son tuteur. Les expositions temporaires procurent souvent l’occasion d’une acquisition. « Nous avons eu le grand bonheur d’identifier dans une galerie parisienne, à quelques mois du début de la manifestation, un petit panneau très rare de Lorenzo Veneziano », raconte Annie Gilet, conservatrice au Musée des beaux-arts de Tours et commissaire de l’exposition consacrée à ce maître vénitien du Trecento. Intitulé Les Funérailles de Saint Jean-Baptiste, ce fragment de prédelle a pu être acheté pour la somme de 200 000 euros, dont la moitié a été prise en charge par le Fonds du patrimoine. « Je n’avais jusque-là jamais pu acquérir une œuvre à un tel prix », confesse Annie Gilet, ravie d’avoir pu porter au nombre de quatre les peintures de Veneziano conservées dans son établissement – quand le Musée du Louvre n’en possède qu’une. À Pau, c’est pour une somme nettement moindre (22 000 euros, soit plus du tiers de son budget annuel d’acquisition) que le Musée des beaux-arts a pu entrer en possession d’une quintuple esquisse d’Eugène Devéria (1805-1865). Ces travaux préparatoires pour un décor peint de l’église Saint-Léonard de Fougères (Ille-et-Vilaine) ont été préemptés en vente publique en février 2005, à Vendôme (Loir-et-Cher), quelques mois avant la grande rétrospective consacrée à l’artiste. Depuis 1950, les enrichissements de Devéria, mort à Pau, sont toutefois réguliers.
Hors événements, c’est en effet souvent le principe de l’affinité avec les collections qui guide le choix des conservateurs. Le Musée Goya de Castres a ainsi pu s’offrir, pour la somme de 480 000 euros, un précieux Martyre de Saint Sébastien (1686-1687) par Sebastián Muñoz. Cette œuvre, qui appartint jadis au Musée Napoléon, au Louvre, viendra compléter ce prestigieux ensemble français dédié à la peinture espagnole. À Quimper, le Musée des beaux-arts, déjà détenteur d’un fonds Max Jacob, est parvenu à se doter d’un portrait de 1916 du poète, dû au crayon d’Amadeo Modigliani, pour la somme de 180 000 euros. D’autres musées ont saisi l’opportunité de compléter les axes lacunaires de leurs collections.
Au Musée de la Chartreuse de Douai, Françoise Baligand a enrichi sa salle consacrée à la peinture française du XVIIIe siècle d’une scène de genre de Greuze, Jeune fille à la colombe (vers 1800). « Je l’ai repérée sur le stand d’une galerie américaine lors de la Foire de Maastricht en 2005 », raconte la conservatrice. En septembre, l’œuvre était accrochée sur les cimaises du musée, après avoir déboursé 300 000 euros, financés à 75 % par le Fonds du patrimoine. Depuis 2001 et l’acquisition d’un Boucher, le musée n’avait pas bénéficié d’une telle acquisition. Idem au Musée des beaux-arts de Caen, où Patrick Ramade, son directeur, a pu renforcer son département italien avec un rare tableau du Baciccio (1639-1709), Le Baptême du Christ (vers 1690) ; ou encore au Musée des beaux-arts de Nancy, qui a acquis L’Enlèvement des Sabines (vers 1640-1645), un tableau de Claude Deruet (vers 1588-1660), un artiste lorrain jusque-là étonnamment absent de ses collections.
Enfin, outre ces achats, quelques musées ont aussi profité des libéralités de généreux donateurs. Le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem) de Marseille a ainsi bénéficié d’une importante donation de bijoux populaires régionaux des XVIIIe et XIXe siècles. Au Havre, après l’exceptionnel legs d’Hélène Senn-Foulds (205 pièces impressionnistes et postimpressionnistes) intervenu à la fin de l’année 2004 (lire le JdA no 213, 15 avril 2005), un autre membre de la famille, le gendre de la fille d’Olivier Senn, a offert au musée un ensemble de 17 peintures et dessins.

Les transferts de l’État enrichissent la province

D’ici à quelques mois, plusieurs précieuses feuilles italiennes vont pouvoir enfin rejoindre leur nouvelle affectation : les musées de Lille, Marseille, Orléans, Rennes et Toulouse. Il y a un an et demi, la direction des Musées de France (DMF) se portait en effet acquéreur du prestigieux ensemble de 130 dessins italiens de la collection de Juan de Beistegui, grâce au mécénat de l’entreprise Carrefour. La DMF avait alors précisé qu’elle transférerait la propriété de 105 de ces dessins à de grands établissements de province. Par ailleurs, le processus de transfert des collections de l’État mises en dépôt avant le 7 octobre 1910 dans des musées de province suit son cours, conformément à la loi musée du 4 janvier 2002. Par un arrêté en date du 6 mars, les villes d’Abbeville, Angoulême, Fécamp, Loches, Metz, Pithiviers et Senlis viennent de bénéficier de ce transfert à titre gratuit.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°234 du 31 mars 2006, avec le titre suivant : Girodet, Greuze et les autres

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque