Samedi 15 décembre 2018

Fabergé, mécène du Musée des Arts décoratifs

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 1 janvier 1995 - 247 mots

Fabergé apporte son soutien au Musée des arts décoratifs dans le cadre des futures galeries contemporaines, qui ouvriront en 1998-1999 dans le pavillon de Marsan, actuellement occupé par le Musée de la Mode.

Une contribution d’environ 2 millions de francs sera répartie sur une période de quatre ans afin de restaurer ou d’acquérir des pièces des années vingt et trente. Une politique de mécénat à long terme qui succède à la création commune d’un Grand prix Fabergé destiné aux étudiants des écoles d’art et de design.

Cette année, la restauration de deux ensembles datant de 1928 sera entreprise : la salle à manger de Sonia Delaunay et le bureau de Mallet-Stevens, deux pièces qui n’ont encore jamais été exposées.

Peu avant sa disparition en 1979, l’épouse de Robert Delaunay avait fait don au Musée des arts décoratifs d’un ensemble de meubles qu’elle avait créés pour son appartement du boulevard Malesherbes. Le mécénat de Fabergé permettra la restauration des garnitures coordonnées des sièges, du tissu mural et du tapis de la salle à manger.

Le bureau de Mallet-Stevens a été dessiné par l’architecte, pour son usage personnel à son agence d’Auteuil. Ce sera l’occasion de mesurer l’influence des Wiener Werkstätte sur l’un des adeptes du style dit international. Ces ateliers artisanaux d’avant-garde, créés à Vienne en 1903 par Joseph Hofmann et Koloman Moser, englobaient déjà l’objet domestique et l’architecture dans leur réflexion, comme plus tard Mallet-Stevens, qui commença une carrière de décorateur avant de se destiner à l’architecture.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°10 du 1 janvier 1995, avec le titre suivant : Fabergé, mécène du Musée des Arts décoratifs

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque