Lundi 16 septembre 2019

Etre ou ne pas être

Par Anne-Cécile Sanchez · L'ŒIL

Le 20 juin 2014 - 229 mots

Jeune photographe fraîchement diplômée du London College of Communication, Luisa Whitton s’est très tôt intéressée à la façon dont la technologie affecte notre identité.

Elle a ainsi passé plusieurs mois au Japon auprès du scientifique Hiroshi Ishiguro, connu pour avoir construit son double robotique. What about the Heart ? est le titre de la série qu’elle rapporte de ce séjour dans l’archipel nippon. « Dans ces photos, je tente, explique-t-elle, de subvertir l’art du portrait pour ouvrir le débat sur les limites de ce qui est humain et de ce qui ne l’est pas », il s’agit de documenter des objets quelque part « entre outil scientifique et simulacre affreux ». Qu’entend-on par humanité ? À l’heure de l’avènement programmé de l’intelligence artificielle, la question semble d’une actualité brûlante. Les images de Luisa Whitton n’apportent pas de réponse mais témoignent, à travers des retranscriptions d’interviews des scientifiques qu’elle a rencontrés, de leurs propres interrogations. Elle rappelle ainsi que le Vatican aurait donné son absolution à Honda quand la firme mit au point son robot Asimo,
ne s’opposant pas à l’idée que l’homme crée, à son tour, des créatures à son image. Le laboratoire de recherche de Hiroshi Ishiguro entend quant à lui développer les collaborations avec les artistes et les philosophes, susceptibles d’avoir exploré des problématiques existentielles plus que jamais au cœur des travaux des ingénieurs et des scientifiques.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°670 du 1 juillet 2014, avec le titre suivant : Etre ou ne pas être

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque