Mercredi 14 novembre 2018

Equerre d’argent 2002

L'ŒIL

Le 1 février 2003 - 480 mots

Le prestigieux prix d’architecture du groupe Moniteur, l’Équerre d’argent, a été décerné pour 2002 à Pierre du Besset et Dominique Lyon pour la médiathèque de Troyes, ouverte en juillet dernier. Les lauréats ont reçu leur prix des mains du ministre de la Culture le 13 janvier dans un lieu qui n’est pas architecturalement indifférent : le futur site de la Cinémathèque française (ex-American Center) de Frank Gehry, 51 rue de Bercy.
La médiathèque de Troyes est un équipement municipal à vocation régionale de 10 000 m2, qui propose cinq cent soixante-quinze places de lecture et réunit un fonds de quatre cent mille documents et soixante écrans de consultation. Il a été cofinancé par la ville, l’État, la région et l’Europe et a nécessité un budget d’investissement de 17,4 millions d’euros.
Pierre du Besset et Dominique Lyon sont associés depuis quinze ans, ils sont, entre autres réalisations et projets, les architectes de l’ancien siège du journal Le Monde à Paris, rue Falguière, et ont récemment été classés en tête du premier concours pour l’ambassade de France à Tokyo.
Les architectes de la bibliothèque de Troyes ont su tirer le meilleur parti d’un environnement urbain chaotique. Coincé entre un McDo, le mur d’un collège du xixe siècle, des parkings et un long mur bas qu’il a fallu conserver, cet équipement joue sur le contraste entre une structure presque industrielle, d’un seul tenant (une dalle sur pieux en rez-de-chaussée et deux niveaux de bureaux pour rattraper la pente du terrain, une dalle haute portée par de minces poteaux en béton) et la simplicité raffinée d’espaces intérieurs accueillants, immédiatement lisibles, ménageant des échappées filtrées vers la ville. La charpente métallique servant de toiture forme un auvent sur l’avant du bâtiment. Les façades de verre, parfois teintées ou doublées d’un écran coloré, parfois irrégulières, filtrent la lumière et en jouent, créant à l’intérieur du bâtiment aux circulations traversantes une atmosphère unifiée, subtilement teintée et douce. Sur l’une des longues parois transparente jaune est imprimée une intervention de l’artiste Lawrence Weiner.
Les espaces intérieurs – salle des périodiques, salle patrimoniale abritant le fonds historique de la bibliothèque de Clairvaux (livres du XVe siècle, almanachs de colportage anciens), salle de lecture des enfants (« le Paquebot ») –, sont immédiatement lisibles et ouverts. Un travail sur la couleur, réalisé par l’artiste Gary Glaser, ponctue de jaune, de rose, d’anis et de mauve, les sols, les cloisons, l’escalier. Les salles de lecture de l’étage proposent un étonnant morceau de bravoure : au plafond, une sorte de résille d’aluminium formée de trente mille pièces d’aluminium anodisé aux reflets changeants évoque une voile lâche qui capte et disperse la lumière.
Le prix de la Première Œuvre 2002, également octroyé par le groupe Moniteur, a été décerné le même jour à Dorothée Gueneaux et Raffaele Melis pour l’aménagement de la presqu’île du Pré-Leroy et la réhabilitation de trois pavillons à Niort.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°544 du 1 février 2003, avec le titre suivant : Equerre d’argent 2002

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque