Élodie Rahard

Une heureuse succession

Par Philippe Piguet · L'ŒIL

Le 20 février 2009

Parce qu’elle n’y tenait plus et qu’elle avait envie de le rencontrer, elle a pris un beau jour sa plume et lui a fait une lettre.

Devenue quelques années plus tard l’assistante de Jean Fournier, non seulement elle l’a enfin approché, mais elle a travaillé en direct avec lui.
Parlez donc de Simon Hantaï à Élodie Rahard et vous verrez son visage s’illuminer. La trentaine pas encore à mi-parcours, une licence d’histoire de l’art et un DESS de management culturel en poche, elle a tout d’abord travaillé pendant sept ans chez Daniel Templon, chargée des relations avec les artistes français.
Quand Jean Fournier lui propose de venir rejoindre sa galerie, Élodie Rahard ne se le fait pas répéter deux fois. Elle y entre en 2003. À la suite du décès de ce dernier en mars 2006, quand Jean-Marie Bonnet, le compagnon du galeriste, lui confie la direction de la maison, elle sait que la tâche ne sera pas aisée, mais elle accepte. Depuis lors, Élodie Rahard, fidèle à la ligne d’exigence et de rigueur de Jean Fournier, y développe une programmation sans faute qui mêle peinture et sculpture. À l’image des œuvres d’artistes comme Peter Soriano ou Emmanuel Van der Meulen dont la réception par un public renouvelé témoigne de la dynamique prospective qu’Élodie Rahard a su insuffler à cette galerie culte.

Biographie

1975
Naissance à Ris-Orangis (91).

1996-2002
Responsable des artistes français à la galerie Daniel Templon.

1999
DESS de Management Culturel.

2003
Assistante de Jean Fournier.

2006
Directrice de la galerie au décès de ce dernier.

2009
Exposition « Claude Této » jusqu’au 2 avril.

Galerie Jean Fournier, 22, rue du Bac, Paris VIIe, www.galerie-jeanfournier.com

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°611 du 1 mars 2009, avec le titre suivant : Élodie Rahard

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque