Mercredi 24 octobre 2018

Drouot fait nommer un administrateur à la tête de l’étude Loudmer

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 7 novembre 1997 - 504 mots

Alors que ce numéro 47 était en cours de brochage, le Président du Tribunal de Grande Instance a nommé le 4 novembre Me Daniel Boscher “administrateur de la S.C.P Guy Loudmer et Philippe Loudmer”?, à la suite de la demande de la Compagnie des commissaires-priseurs de Paris. Ce rebondissement prend une importance particulière au moment où se discute la réforme de la profession.

PARIS. Dans un communiqué, la compagnie des commissaires-priseurs de Paris constate que Me Guy Loudmer, "seul gérant de la Société Civile Professionnelle de Commissaires-priseurs Guy Loudmer et Philippe Loudmer, ayant été mis en examen et placé en détention provisoire et Me Philippe Loudmer étant défaillant, la Chambre de Discipline de la compagnie des commissaires-priseurs de Paris a saisi le Président du Tribunal de Grande Instance d’une demande en suspension provisoire des deux associés de la S.C.P Guy Loudmer et Philippe Loudmer. Elle a demandé en outre la nomination d’un administrateur de la S.C.P. Par ordonnance du 4 novembre 1997, le Président du Tribunal de Grande Instance a fait droit à la demande et a nommé Me Daniel Boscher administrateur de la S.C.P." Comme nous l’indiquons dans ce numéro, page 4, Guy Loudmer a été écroué le 24 octobre à la Santé, après avoir été mis en examen pour "abus de confiance aggravé, recel et complicité" par le juge parisien Évelyne Picard, à la suite de la plainte déposée par des responsables de l’Association Bourdon, créée après la vente de tableaux modernes que le commissaire-priseur avait dirigée en 1990. Guy Loudmer a été trésorier de cette association en 1991 et 1992. À Drouot, on espérait jusqu’alors que l’instruction ouverte par le Parquet portait uniquement sur la gestion de l’association et non sur celle de l’étude. Mais dans son édition du mardi 4 novembre, Le Monde, en citant des sources proches de la brigade financière, affirmait que l’étude était au bord de la cessation de paiement,  son passif étant estimé à 44,6 millions de francs. Cette situation financière serait à l’origine d’opérations illicites, selon le quotidien. Le Monde indiquait par ailleurs que Philippe Loudmer aurait pris la fuite, le 29 octobre, au moment où la brigade financière menait une perquisition à son domicile parisien et découvrait 350 000 francs en billets de banque. Fuite, que confirmerait le communiqué de Drouot, en constatant que celui-ci est "défaillant". Celui-ci et l’étude avaient pourtant publié un communiqué le 24 octobre pour "confirmer à tous leurs clients, vendeurs et acheteurs, qu’ils continuent leurs activités et mèneront à bien toutes les ventes, dans le souci constant d’honorer leur confiance". Cette mesure exceptionnelle prise à l’encontre de l’une des premières études de France prend une importance particulière au moment où l’on débat de la réforme de la profession. Le dispositif actuel donne en fait aux commissaires-priseurs des prérogatives de banquiers sans apparemment les soumettre à des contrôles financiers suffisamment rigoureux. Nous reviendrons dans notre prochain numéro, paraissant vendredi 21 novembre, sur les mesures qui pourraient être prises pour éviter de telles dérives et assurer une meilleure transparence du marché.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°47 du 7 novembre 1997, avec le titre suivant : Drouot fait nommer un administrateur à la tête de l’étude Loudmer

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque