Dimanche 8 décembre 2019

Disparition

Disparition de Robert Indiana

Par Stéphane Renault · Le Journal des Arts

Le 24 mai 2018 - 154 mots

PORTLAND / ETATS-UNIS

Portland (Maine, États-Unis). L’artiste pop, connu pour ses séries « Love » des années 1960, est décédé le 19 mai, à 89 ans.

Robert Indiana 1970
Robert Indiana devant des éléments de The Mother of Us All, 1970

Né en 1928 à New Castle, dans l’Indiana, Robert Clark (de son vrai nom) a étudié l’art à Chicago, puis en Écosse après un passage dans la US Air Force. Installé à New York en 1954, il connut le succès au début des années 1960. En 1962, le MoMA faisait l’acquisition de sa première peinture, The American Dream. La même année, il créait son premier Love avec le « o » renversé. Avec ses sculptures, ces œuvres comptent parmi les plus reproduites de l’art d’après-guerre. Un succès qui a occulté le reste de sa production, des interprétations plus sombres du rêve américain ou inspirées par le mouvement des droits civiques aux États-Unis. La redécouverte de son œuvre ces dernières années a culminé avec la rétrospective « Beyond Love » au Whitney Museum of American Art en 2013.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°502 du 25 mai 2018, avec le titre suivant : Disparition de Robert Indiana

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque