The Dictionnary of Art

Le plus ambitieux des dictionnaires

Le Journal des Arts

Le 1 octobre 1996

En se proposant de traiter l’ensemble des productions artistiques de l’humanité, de la préhistoire à nos jours, The Dictionnary of Art, publié ce mois-ci en 34 volumes par Macmillan Publishers Ltd est sans aucun doute le projet le plus ambitieux à voir le jour dans ce domaine. Et les 256 millions de francs investis dans sa fabrication justifient son prix de vente : 5 750 livres (46 000 francs).

LONDRES. En 34 volumes et  32 600 pages, The Dictionnary of Art comprend 41 000 articles rédigés en anglais, 15 000 illustrations, 20 800 entrées biographiques, 300 000 références bibliographiques et un index de 650 000 références ! L’étude préliminaire de ce projet a été lancée en 1983, et d’éminents chercheurs tels que Francis Haskell, Oleg Grabar, Willibald Sauerländer et André Chastel furent à l’époque consultés. La nomination de Hugh Brigstocke, ancien conservateur adjoint de la National Gallery of Scotland, à la tête du projet éditorial acheva sa mise en route. À partir de 1985, Brigstocke s’entoura d’une équipe de conseillers, eux-mêmes assistés d’environ 90 collaborateurs spécialisés, engagés en moyenne pour une période de 5 ans. Ces derniers avaient pour mission principale de commander les articles visant à couvrir de façon approfondie toutes les disciplines et tous les domaines de l’histoire de l’art à travers le monde. 6 700 chercheurs de 120 pays furent ainsi chargés de préparer des comptes rendus dans leur spécialité et de diviser la matière de leurs recherches en champs d’investigations et de débats. Plus de 400 spécialistes français ont ainsi contribué à la réalisation du Dictionnary of Art, dont Jean-Pierre Babelon, Jean-Pierre Cuzin, Alain Erlande-Brandenburg, Serge Lemoine, Alfred Pacquement, Anne Pingeot… Trier, traduire, éditer, référencer, indexer les contributions de tous ces auteurs a constitué l’essentiel du travail de Jane Turner, responsable de la publication depuis 1987, et de son équipe.

3 000 exemplaires déjà prévendus
Le volonté de traiter toutes les parties du monde et tous les domaines jamais encore abordés dans aucun ouvrage de ce type constitue le point fort du Dic­tionnary of Art. Outre des biographies d’artistes, d’architectes, de mécènes, de collectionneurs, d’his­­toriens de l’art et de spécialis­tes, le dictionnaire traite des styles, des sites, des pays, des civilisations, des cultures, des religions, des philosophies, des matériaux, des techniques, etc.

Maison d’édition toujours propriété de la famille fondatrice, sans actionnaires désireux de toucher immédiatement des dividendes, seul Macmillan pouvait concevoir et financer un tel projet. Mieux, il commence déjà à percevoir les fruits de son investissement, estimé à 32 millions de livres (256 millions de francs) : environ 3 000 exemplaires, soit la moitié du premier tirage, ont été prévendus avant publication. Il suffira d’en vendre 7 000 autres pour amortir ses coûts de fabrication, un objectif qui devrait aisément être atteint.

The Dictionnary of Art, offre de lancement jusqu’au 31 décembre : 4 900 livres (39 000 francs). Rens. : Colonnes, 16, rue des Saints-Pères, 75007 Paris, tél. 01 42 60 70 10, fax 01 42 60 70 07.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°29 du 1 octobre 1996, avec le titre suivant : The Dictionnary of Art

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque