Des réformes en Italie

Le Journal des Arts

Le 8 février 2002

Sous la houlette de Giuliano Urbani, le ministre de la Culture italien et de son sous-secrétaire d’État aux Biens culturels, Vittorio Sgarbi, l’organisation patrimoniale s’apprête à subir une première mutation, avec la création à Rome, Florence, Naples et Venise, de “pôles muséaux”? autonomes sur les plans scientifique, financier, organisationnel et comptable.

ROME (de notre correspondante) - La structure du ministère des Biens et des Activités culturelles de l’ère Urbani-Sgarbi est en pleine transformation. Les surintendances pour les Biens artistiques et historiques de Rome, Venise, Florence et Naples seront divisées en deux entités : d’un côté, des “pôles muséaux” (poli museali) autonomes, de l’autre, des surintendances mixtes, qui s’occuperont de l’architecture et des paysages. Cette autonomie administrative accordée aux musées apparaît comme un préalable aux concessions de gestion des musées à des acteurs privés (lire le JdA n° 136, 9 novembre 2001, et n° 141, 11 janvier 2002).
À titre d’exemple, le pôle des musées de Rome supervisera le Vittoriano, le château Saint-Ange, le Palazzo Venezia, le palais Barberini, la galerie Borghese, la galerie Spada et la galerie du palais Corsini. Sa direction sera confiée à Claudio Strinati, tandis que son homologue de la surintendance mixte n’est pas encore désigné. Par ailleurs, Adriano la Regina, surintendant archéologue depuis 1976, prendra les rênes de la surintendance archéologique autonome de Rome.
La direction du pôle des musées de Florence, qui regroupe notamment les Offices, l’Accademia, le Bargello, le palais Pitti et la galerie Palatine, Boboli, le Musée de San Marco, la chapelle Médicis, le Musée d’art moderne et du costume et le Museo degli Argenti, sera assurée par Antonio Paolucci. Il laisse ainsi à Mario Lolli Ghetti la charge de surintendant régional pour la Toscane. Ce dernier cède à son tour la surintendance pour les Biens environnementaux et architecturaux de Florence, devenue une surintendance mixte, à Domenico Valentino. À Naples, Nicola Spinosa dirigera le pôle des musées, tandis que la surintendance mixte sera confiée à Enrico Guglielmo. Une nouvelle difficulté est apparue dans la définition de cette réorganisation de la surintendance et de l’administration des Biens culturels puisqu’elle “ne doit engendrer aucune source d’augmentation des dépenses du ministère”.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°142 du 8 février 2002, avec le titre suivant : Des réformes en Italie

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque