Dimanche 15 septembre 2019

Foires

De Los Angeles à Londres

Par Christine Coste · Le Journal des Arts

Le 12 mars 2014 - 512 mots

En 2015, alors que Reed Expositions couplera outre-Atlantique la Fiac
à Paris Photo Los Angeles, Candlestar relancera Photo London.

PARIS - En annonçant le 20 février que la Fiac (Foire internationale d’art contemporain) organisait en avril 2015 une édition américaine à Los Angeles, simultanément à Paris Photo Los Angeles, Jean-Daniel Compain, directeur général du pôle culture, luxe et loisirs de la société, a créé la surprise. Il a également relancé le débat sur la pertinence du choix des nouveaux lieux d’implantation du groupe. Bien que la mégalopole américaine offre un réseau de galeries et musées de qualité, Los Angeles n’est ni New York ni Londres sur le plan du marché de l’art contemporain ou de la photographie. La première édition en 2013 de Paris Photo Los Angeles, dans les studios de cinéma de Paramount, n’avait pas été particulièrement convaincante. La deuxième édition, qui se déroulera cette année du 24 au 27 avril, devra faire mieux.

70 exposants à Somerset
L’annonce, par ailleurs, à la fin 2013 de Candlestar (1), qui relance du 21 au 24 mai 2015 Photo London, ramène au rendez-vous manqué de Reed Expositions à Londres. La filiale française de Reed Exhibitions, premier organisateur de salons dans le monde, avait racheté la foire en 2007 sans réitérer l’édition l’année suivante – elle n’y avait pas investi lors de son achat, ni soutenu sa directrice, Valérie Fougeirol (responsable de Paris Photo de 2002 à 2008), qui a dû monter la manifestation en quatre mois. Erreurs sur la date (qui tombait en plein Bank holidays, jours fériés en Angleterre) et le site, situé dans la City et dans un lieu difficile d’accès, avaient accéléré le désengagement de l’entreprise de Reed Expositions outre-Manche.
« Nous n’y avons pas cru », reconnaissait en octobre dernier Jean-Daniel Compain dans le magazine L’Œil (no 662). Pas plus en 2007 que six ans plus tard, quand Reed France a créé sa version américaine à Los Angeles.

En 2015, Michael Benson, codirecteur de Candlestar, pourrait lui prouver que Londres est, pour la photographie, la place où il faut investir en raison de sa concentration en musées, galeries et maisons de vente aux enchères. Ce printemps, Sotheby’s a déplacé à Londres la vente photo qu’elle organisait à Paris à cette période ; une vente test, programmée le 7 mai, qui en fonction de ses résultats pourrait être reconduite, voire être organisée à la même période que Photo London.
Le producteur de Photo London table sur une foire resserrée autour de 70 exposants à Somerset House, un nombre équivalent à celui de Paris Photo Los Angeles, celui des galeries sélectionnées pour Paris Photo approchant du double. Maja Hoffmann, fondatrice de la Fondation Luma, finance quant à elle le programme dédié aux rencontres et aux collections comme lors des trois précédentes éditions de Paris Photo pour le secteur « Plateforme ».
Un mois seulement séparera Paris Photo Los Angeles et Photo London au printemps 2015. Et les institutions, en particulier, n’achèteront pas par deux fois durant cette période.

Note

(1) agence londonienne de conseils en art et culture, organisateur du prix photo Pictet.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°409 du 14 mars 2014, avec le titre suivant : De Los Angeles à Londres

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque