Coup de filet dans le trafic d’objets archéologiques

Par Julien Tribut · Le Journal des Arts

Le 1 juillet 2020 - 99 mots

Paris. L’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels a placé en garde à vue le 22 juin cinq figures du marché de l’art parisien soupçonnées d’avoir « blanchi » des objets archéologiques pillés en Égypte, Libye et Syrie.
L’expert Christophe Kunicki (mêlé en 2011 à une affaire de sarcophage pillé) et son compagnon Richard Semper ont été inculpés et laissés en liberté. Les trois autres suspects, le président de la maison de ventes Pierre Bergé & associés, une ancienne conservatrice du Louvre et le marchand David Ghezelbash sont sortis libres sans avoir été présentés à un juge D’instruction.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°549 du 3 juillet 2020, avec le titre suivant : Coup de filet dans le trafic d’objets archéologiques

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque