Mercredi 17 octobre 2018

Ces obscurs objets du design

Branzi coupe le cordon

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 13 juin 1997 - 398 mots

Réalisée en particulier avec des écoles de design, notre nouvelle rubrique consacrée aux objets de la vie courante accueille dans ce numéro une lampe portative de la famille des Wireless d’Andrea Branzi, sélectionnée par un ancien élève de l’École Camondo, Pierre Kerlan.

Wireless est une famille de luminaires créés par Andrea Branzi. "Wireless" signifie "sans fil" et fait référence, au sens large, aux nouvelles technologies appliquées au secteur du luminaire – de l’alimentation séparée à la télécommande –, capable de devenir une interface active de l’univers domestique. Andrea Branzi est né et a fait des études d’architecture à Florence. Directeur des études à l’Académie Domus, il représente pour certains la tendance radicale du design italien. Ainsi, jusqu’en 1974, il fait partie du groupe d’avant-garde italien "Archizoom", puis il contribue à la création du Studio Alchimia,  basé à Milan, qui réalise des pièces plus proches de l’œuvre d’art que du design traditionnel. Des conférences, de nombreuses publications théoriques et quelques essais font d’Andrea Branzi l’un des grands théoriciens de la profession. Lampes portatives, suspendues, de table ou encore lanternes, les luminaires Wireless d’Andrea Branzi sont autonomes et, pour certains, itinérants. Ils se chargent en énergie puis, libérés de tout câble électrique, restituent une douce lumière là où on les pose, certaines lampes se suspendant tout simplement. Wireless cherche à organiser un espace exempt de tous câbles ou fils, pour devenir plus fluide, plus libre. Ce procédé correspond aussi pour Branzi à la condition humaine, "une condition où les liens des vieux systèmes de pensée sont cassés, où les câbles et les fils des vieilles idéologies ont disparu. Nous sommes devenus "Wireless". En séries limitées à vingt exemplaires ou produites en petite quantité, les créations de Branzi sont des associations insolites de matériaux naturels ou transformés et d’objets de consommation courante. On trouve des vasques en aluminium anodisé surmontées d’un diffuseur en Dacron ou en papier de riz fait-main, des poêles en métal zingué noir, des seaux en acier inoxydable, du bambou, du verre soufflé de Murano... Toutes ces réalisations sont d’une grande finesse dans le choix des matériaux, leur traitement et leur dessin. Il s’en dégage une poésie qui n’a pu échapper à ceux qui ont eu la chance de voir l’installation Wireless à la Design Gallerie Milano ou, plus récemment, à la galerie parisienne Néotu.

École Camondo, 266 Boulevard Raspail, 75014 Paris, tél. 01 43 27 23 49.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°40 du 13 juin 1997, avec le titre suivant : Branzi coupe le cordon

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque