Beaubourg fermerait deux ans

Le réaménagement du bâtiment l’imposerait

Par Emmanuel Fessy · Le Journal des Arts

Le 1 septembre 1996 - 296 mots

Le Centre Pompidou fermerait ses portes à l’automne 1997, et jusqu’au 31 décembre 1999, pour assurer le réaménagement intérieur de son bâtiment. Telle est l’hypothèse envisagée actuellement. Le ministre de la Culture, Philippe Douste-Blazy, et le président du Centre, Jean-Jacques Aillagon, devraient annoncer le mois prochain leur décision ainsi que les moyens financiers dégagés.

PARIS - Alors ministre de la Culture, Jacques Toubon avait écarté toute fermeture du Centre Pompidou, tandis que Beaubourg plaidait en faveur de cette solution pour favoriser le bon déroulement de son important chantier de réaménagement. Le ministre, qui venait de décider d’interdire l’accès au Grand Palais pour des raisons de sécurité, ne voulait pas apparaître comme celui de la fermeture des bâtiments nationaux.

Jacques Toubon étant aujourd’hui Garde des Sceaux, cette hypothèse est revenue avec force. Dans un entretien (voir le JdA, mai n° 25), le nouveau président Jean-Jacques Aillagon reconnaissait "s’interroger sur une fermeture brève". Cette brièveté dépasserait aujourd’hui les deux ans, selon l’hypothèse la plus souvent envisagée durant l’été.

Deux chantiers doivent en effet être menés. Renzo Piano, l’un des architectes constructeurs, a été chargé de restructurer le Forum, les mezzanines, et de créer un accès direct à la Bibliothèque publique d’Information (BPI). Il doit revoir les espaces d’accueil et réaliser des salles de spectacles en sous-sol. Jean-François Bodin (lire par ailleurs "Le Mois vu", page 5) va redessiner les espaces du Musée/Centre de création industrielle, tant pour les collections permanentes que les expositions, et ceux de la bibliothèque.

Pour continuer ses activités, Beaubourg développerait un programme d’expositions hors les murs. On envisagerait l’installation d’un "igloo" sur la Piazza pour accueillir 500 lecteurs de la bibliothèque.

Le Centre Pompidou rouvrirait dans la nuit du 31 décembre 1999 au 1er janvier 2000, pour marquer avec éclat le passage du siècle.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°28 du 1 septembre 1996, avec le titre suivant : Beaubourg fermerait deux ans

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque