2004 célèbre DalÁ­ en fanfare

Par Daphné Bétard · Le Journal des Arts

Le 30 octobre 2007

Pour fêter le centenaire de la naissance de l’artiste, de multiples manifestations sont organisées de Barcelone à Philadelphie, en passant par Venise ou Rotterdam. Tour d’horizon...

Salvador Dalí, né à Figueras en Espagne, aurait eu 100 ans cette année. Pour célébrer cet anniversaire, différentes manifestations sont organisées aux quatre coins du pays et dans le monde entier tout au long de l’année 2004. Événement phare de cette commémoration, l’exposition de la Fondation « la Caixa » de Barcelone réunit plus de 400 pièces autour du thème « Dalí et la culture de masse ».
C’est en 1940 qu’André Breton surnomme Dalí «  Avida Dollars », critiquant son évolution vers des productions purement commerciales. Dès 1935, Dalí avait, en effet, commencé à collaborer avec de grandes entreprises, comme la chaîne d’hôtels Sheraton pour laquelle il imagina un night-club. Installé aux États-Unis, il travailla pour la haute couture, le cinéma, la presse, les arts de la scène… « Si, jusqu’à présent, Dalí a été très largement étudié en tant que peintre et écrivain, les liens qu’il a entretenus tout au long de sa vie avec l’“autre” culture méritent aussi une vision d’ensemble qui permette d’en comprendre la complexité, la richesse et la nouveauté », explique Fèlix Fanés, commissaire de l’exposition de la Caixa qui se poursuit jusqu’au 23 mai. Celle-ci analyse les rapports de l’artiste avec la culture industrielle et l’époque moderne. Le parcours se divise en trois grandes thématiques : la représentation de « thèmes » propres à la culture populaire, la transformation de la peinture sous l’influence des techniques de reproduction en série et, enfin, les produits commerciaux conçus sur commande. Dans la première section, le visiteur découvre des toiles comme Poésie d’Amérique (1943), dans laquelle Dalí a inclus une bouteille de Coca-Cola, ou quelques-unes des nombreuses variations (peintes et écrites) de L’Angélus (1859) de Millet, exercice que l’artiste qualifiait lui-même de « stéréotypage obsessif ». Une centaine de pièces tel le Sofa-lèvres, créé à partir du visage de Mae West, ou des documents relatifs aux films Un chien andalou et L’Âge d’or (tous deux de 1929), dont les scénarios furent écrits conjointement avec Buñuel, témoignent, ailleurs, des rapports de Dalí avec le cinéma. Touche-à-tout, l’artiste travailla aussi avec la couturière Elsa Schiaparelli, pour qui il créa les chapeaux-chaussures, la robe-langouste ou le tailleur à tiroirs, en référence à sa conception du corps de la femme, lequel était, selon lui, « démontable ».
À l’image du Bird in Hand (1950), un étui en forme d’oiseau à la fois bâton de rouge à lèvre, poudrier et boîte à pilule, certains objets étonnent toujours. Une série de photographies prises par Man Ray, Brassaï ou Philippe Halsman selon des « scénarios » imaginés par Dalí sont également présentées. Man Ray photographia ainsi sous la direction du peintre, en 1933 pour la revue Minotaure, des créations de Gaudí, la Pedrera et le Park Güell. Dalí collabora régulièrement avec la presse, à l’instar des couvertures exécutées pour la revue Vogue (années 1940) ou des cartoons destinés à l’American Weekly. L’artiste utilisa la presse en tant qu’instrument de promotion personnelle, mais aussi comme moyen de développer de nouveaux langages visuels.
Autre temps fort de cette « Année Dalí », le Palazzo Grassi, à Venise, organise en septembre une grande rétrospective de l’ensemble de son œuvre (peinture, écriture, décor de ballet, cinéma, publicité…) : « Anthologie ». Réunissant près de 150 pièces, l’exposition ira ensuite au Philadelphia Museum of Art puis au Musée Boijmans van Beuningen, à Rotterdam. La ville natale de l’artiste, Figueras, dédie quant à elle différentes manifestations à son enfant chéri : éclairages spéciaux des rues, restauration de la maison natale, exposition consacrée à l’enfance de Dalí au Musée du jouet de Catalogne, grande fête le 11 mai...
2004 est enfin l’occasion pour la Fondation Gala-Salvador-Dalí de publier le catalogue raisonné définitif de l’œuvre de l’artiste, ainsi que ses textes (huit volumes comprenant son autobiographie, ses poèmes, essais, sa correspondance, des entretiens). Une imposante somme pour tenter de cerner celui qui, à coup de scandales médiatiques, d’apparitions loufoques et autres attitudes subversives, a su captiver le public.

L’Année DalÁ­, les événements à ne pas manquer

- expositions : DalÁ?. CULTURE DE MASSE, jusqu’au 23 mai, CaixaForum, Avenue Marquès de Comilla 6-8, Barcelone, Espagne, tlj sauf lundi, 10h-20h, tél. 34 902 22 30 40, www.fundacio.lacaixa.es. Puis au Musée national-Centre d’art Reina-SofÁ­a, à Madrid (22 juin-30 août), au Salvador-DalÁ­ Museum de Saint Petersburg, en Floride, États-Unis (1er octobre-12 janvier), et au Museum Boijmans van Beuningen à Rotterdam (15 février 2005-15 avril 2005). DALÁ?, AFFINITÉS ÉLECTIVES (les sources et influences littéraires et esthétiques de l’artiste), du 15 février au 23 mai, Palais Moja, Rambla 118, Barcelone, tél. 34 933 16 27 40. DALÁ?/GAUDÁ?, du 5 avril au 10 mai, Centre culturel de la Caixa de Catalogne, Perdrera, passeig de Gràcia 92, Barcelone, tél. 34 934 84 59 95. SALAVADOR DALÁ?. DESSINS, du 29 mai au 1er novembre, Musée municipal de Cadaqués, tél. 34 972 25 82 00. LE PAYS DE DALÁ? (le lien intime de l’artiste avec l’Alt Empordà), de mai à août au Musée de l’Empordà, Rambla 2, Figueras, tél. 34 972 50 23 05 (de septembre à novembre, au Musée de l’histoire de la Catalogne de Barcelone). LE MANIFESTE JAUNE. SALAVADOR DALÁ? ET LE MACHINISME ANTIARTISTIQUE, du 18 juin au 26 septembre, Fondation Joan-Miró, Parc de Montjuïc, Barcelone, tél. 34 934 43 94 70. ANTHOLOGIE, du 5 septembre 2004 au 9 janvier 2005, Palazzo Grassi, San Samuele 3231, Venise, tél. 39 041 523 51 33. - Conférences/débats : « Persistance et mémoire : nouvelles perspectives critiques sur DalÁ­, 1904-2004 », 18, 19 et 20 mars, congrès au Salvador DalÁ­ Museum, 1000 Third Street South, Saint Petersburg, Floride, tél. 1 727 823 37 67. « DalÁ­ et la science. Nouvelles frontières de la science et de la pensée. Rencontre de créateurs », 2, 3 et 4 novembre, débat sous la coupole du Théâtre-Musée DalÁ­-de-Figueras, Plaça Gala-Salvador-DalÁ­, Figueras. - Projections de films : À la Filmothèque de Catalogne, Avinguda de Sarrià 33, Barcelone, Un chien andalou, L’Âge d’or et autres films. Retrouvez le programme complet des manifestations : www.salvador-dali.org ou www.dali2004.info

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°186 du 6 février 2004, avec le titre suivant : 2004 célèbre DalÁ­ en fanfare

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque