Vendredi 13 décembre 2019

300 croquis d’Yves Saint Laurent au centre d’une polémique

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 10 octobre 2012 - 268 mots

PARIS [10.10.12] – Plus de quatre ans après la mort du couturier le 1er juin 2008, un conflit vient d’éclater entre Pierre Bergé et un homme d’affaires allemand. Alors que le second souhaiterait dévoiler les 300 croquis du créateur, l’ex-compagnon du couturier crie au vol.

La riposte de l’ « intime » du couturier se veut catégorique : « impossible » que son ex compagnon ait pu « donner 300 croquis à quelqu’un. Peut-être un ou deux ? Mais 300 ? Sûrement pas ». Pierre Bergé crie donc au vol. Et ce, pour la seconde fois. Il s’était déjà manifesté en novembre 2011.

Si Pierre Bergé admet quelques concessions faites au chauffeur du créateur, Fabrice Thomas – soit quelques dessins – l’intéressé affirme à l’inverse avoir eu possession du portfolio dans son intégralité. Portfolio qu’il aurait ensuite cédé à un homme d’affaires allemand qui n’a pas voulu dévoiler son identité. Lequel a déclaré vouloir les exposer, voire même les vendre.

Pierre Bergé n’a pas caché sa déception au regard de la valeur financière, mais surtout « sentimentale » attribuée aux 300 croquis. Outre la représentation de quelques femmes nues, certains dévoileraient la propre mère du créateur.

En dépit des offres répétées de l’homme d’affaires allemand à Pierre Bergé, ce dernier se refuse catégoriquement à un quelconque achat, déclarant ne vouloir « payer pour quelque chose qui a été volé ». A l’inverse, si le porte-parole de l’homme d’affaires réfute l’idée du vol, il déplore ce coup de théâtre. Mais « du mauvais théâtre… », a-t-il fait valoir.

Légende photo

Création d'Yves Saint-Laurent extraite de la série "Love", 1991 - © Photo The Javelina - 2009 - Licence CC BY-SA 2.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque