Aller directement au contenu
Logo accueil
SOMMAIRE

L'Oeil
L'Oeil N°671
Septembre 2014

IL.H.O.O.Q. En 1967, c’est un Marcel Duchamp âgé – il a 80 ans – mais encore vif qui se confesse devant la caméra du réalisateur Philippe Collin : « Je [n’ai] jamais autant pensé [aux ready-made] que maintenant, parce que pendant une période de trente ans personne n’en a parlé, ni moi non plus. C’était un peu oublié, simplement ; et ça reparaît maintenant. Et puis, dans cinq ou six ans, on n’en reparlera plus. » Un an avant sa disparition, Duchamp est encore un artiste discret, un artiste pour artistes que les États-Unis connaissent (un peu) et que la France ignore (totalement). Une fois n’est pas coutume, ce jour-là, Marcel Duchamp se trompe : non seulement cinq ou six ans après on parlerait encore des ready-made mais ces derniers allaient devenir – et l’artiste avec eux – le paradigme de l’avant-garde artistique. La prophétie d’Apollinaire était donc en marche : « Il sera peut-être réservé à un artiste aussi dégagé ...

Lire la suite >>

Abonnez-vous

L'oeil magazine
Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France