Aller directement au contenu
Logo accueil
SOMMAIRE

L'Oeil
L'Oeil N°612
Avril 2009

L’affaire des deux bronzes chinois de la vente Saint Laurent-Bergé n’en est qu’à son début car elle pose deux problèmes : celui de la pertinence des conventions internationales relatives à la restitution des biens culturels et celui du réalisme dans les relations internationales. Christie’s et Pierre Bergé ont le droit pour eux. La convention de L’Unesco de 1970 et celle appelée Unidroit de 1995 (non ratifiée par la France) qui permettent à un État de récupérer des objets d’arts sortis illégalement ne sont pas rétroactives. Et les têtes de rat et de lapin ont été pillés par les français et les anglais lors du sac du Palais d’été en 1860. Si ces conventions permettent de lutter contre les trafics actuels, elles sont inapplicables aux sorties illicites du passé. De ce point de vue, personne n’y trouve réellement son compte, ni les États qui s’estiment dépossédés de leurs biens, ni les collectionneurs et antiquaires occidentaux qui doivent ...

Lire la suite >>

Abonnez-vous

Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France