Aller directement au contenu
Logo accueil
SOMMAIRE

L'Oeil
L'Oeil N°605
Septembre 2008

« Je peins ce que j’aime, sinon je ne pourrais pas le faire. La beauté des adolescentes est sublime. [...] Dante a rencontré Béatrice quand elle avait huit ans. Autrefois, les mariages se célébraient à l’adolescence. [...] Sans doute que la beauté qui me séduit est celle des adolescentes [...]. » Ces propos de Balthus, dans un entretien donné à L’æil, nous paraissent aujourd’hui très inconvenants. Et pourtant, ils ne datent que de décembre 1999. Le vieux peintre, il a alors 91 ans, avait déjà conscience du caractère sulfureux de ses propos, et les assumait pleinement en ajoutant : « Je ne supporte pas les mentalités étroites qui voient de l’obscénité là-dedans, ni les règles morales cyniques qui estiment que ce n’est pas bien d’aimer une jeune fille. » Il ne s’agit pas ici de s’interroger sur les ressorts psychologiques avoués ou inconscients de la peinture de Balthus. Celui-ci a toujours nié la composante érotique de ses sujets, ...

Lire la suite >>

Abonnez-vous

Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France